La Deumeure Du Chaos

Banlieue lyonnaise, maisons en pierre et grands jardins bourgeois, village calme piqué d’arbres. Au détour de la rue de la République, quelque chose accroche l’œil. Ça en attire certains, ça en dérange d’autres.

Un mur d’enceinte déstructuré qui peint un œil railleur sur notre société. Passez le portail frappé aux 999 emblématiques et laissez-vous glisser dans le chaos. La salamandre, du haut de son piédestral-astéroïde, vous observe passer la frontière de votre routine.

La demeure, savant mélange de crânes argentés, de visages peints que l’on connait trop bien pour avoir suivi l’actualité, de citations brèves mais efficaces, de béton armé et de ferraille rouillée, fait d’abord un peu peur, surprend, mais finit par fasciner et on en ressort conquis.

Tu es le bienvenu à la demeure du chaos, jeune voyageur, pour peu que tu oublies ce que tu as appris, ton confort et tes repères. Tu te prendras les pieds dans cet art, tu te casseras peut-être la gueule, tu te mangeras peut-être le goudron, mais ça fera du bien, tu verras, et tu ouvriras sûrement les yeux sur la vérité de notre monde fragile et de notre société bancale.

Et après, on se demande pourquoi Madame le maire du calme bourgeois veut détruire cette œuvre d’art cosmique. Elle jette un œil dérangeant sur le petit monde unilatéral qu’on lui a mis dans le crâne. Elle atomise la routine sur laquelle avait toujours été fondé ce village et vous le savez, il ne faut rien faire bouger dans l’entourage des gens bornés. Ça les choque et les révolte.

Ça fait bientôt quatorze ans que la demeure se bat pour sa liberté d’expression, et autant de temps qu’elle combat le permis de détruire, et la guerre n’est pas encore finie.

Des musées d’art contemporain, il n’y en a qu’un comme ça, alors il faut l’élever au rang de trace indélébile du XXIème siècle en signant la pétition, comme 144 801 visiteurs de chaos avant vous.

Du 10 août au 13 octobre, la demeure accueillera l’exposition collective Trans-mutation, libre et gratuite, qui réunit 9 des artistes qui ont participé à cette œuvre unique. Horaires : tous les après-midi de week-ends et jours fériés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *