Les 7 mercenaires : une balle de trop

Les 7 mercenaires : une balle de trop

Rose Creek est une petite ville innocente menée par Bartholomew Bogue. Il détient la ville pour sa mine d’or. L’industriel est sans pitié. Il terrorise les habitants impuissants. Emma Cullen décide, suite à la mort brutale de son mari, d’engager Sam Chimsol, un chasseur de primes. Il accepte son offre et constitue une équipe de 7 mercenaires (dont il fait partie) afin de stopper Bartholomew Bogue et ses hommes.

« Les 7 mercenaires » était l’un des films attendus de cette rentrée 2016. Il s’agit d’un remake du film éponyme de John Sturges sorti en 1960. Un ancien long-métrage lui-même inspiré du film japonais « Les Septs Samouraïs » sorti en 1954.

Le réalisateur Antoine Fuqua nous offre un vrai Western. Il modernise le tout sans oublier de mettre en avant les codes indispensables du genre. Les batailles de regards, les fusillades, les face-à-face mythiques sont au rendez-vous. Le casting est quant à lui bien choisi. Sam Chimsol est brillamment interprété par le grand Denzel Washington, toujours au top de sa forme. On retrouve dans la bande des mercenaires le comique Chris Pratt et l’incontournable Ethan Hawke entre autres.

Malgré le bon point casting et le respect de la recette « Western » d’Antoine Fuqua, le film est long si bien que l’on s’ennuie rapidement. Malgré la dynamique des quelques scènes d’actions répétitives, on attend la scène finale avec impatience. Bien que le scénario soit bien porté par les acteurs, de fil en aiguille, le film perd de son charme et on a hâte de sortir de la salle.

Ce nouveau remake devrait très certainement ravir les fans des Westerns. Quoi qu’il en soit, le film est dans sa globalité décevant. On garde tout de même le sourire grâce au casting, une belle bande de mercenaires portée par Denzel Washington.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.