Mr. Robot, critique de la saison 1

Mr. Robot, critique de la saison 1

« Mr Robot » est une série dramatique américaine sortie en juin 2015, et créée par Sam Esmail. Les sujets principaux ? La société d’aujourd’hui et des pirates du net, ou hackeurs comme on dit. La série a reçu tellement de bonnes critiques que j’ai finis par me laisser convaincre et regarder la première saison. Et je ne le regrette pas !

.Présentation générale
« Mr Robot » une série actuelle, non seulement car elle est sortie l’année dernière, mais aussi parce qu’elle est totalement en lien avec le monde d’aujourd’hui et les débats actuels, notamment autour de la sécurité à l’ère du numérique et des datas. C’est aussi une série très psychologique, qui n’est pas sans rappeler le film « Requiem For a Dream » et son ambiance pesante.

.Le synopsis
Elliot est un jeune homme qui travaille pour une entreprise de cyber-sécurité. Junkie et bipolaire, cet antisocial a du mal à créer des liens avec les gens qui l’entourent, et trouve refuge dans le piratage, en hackant son entourage afin d’apprendre à les connaître. Animé de bonnes intentions, il utilise cependant ce « hobby » ?, « don » ? pour faire le bien. Son quotidien change le jour où un homme répondant au nom de « Mr Robot » vient à lui pour le convaincre de faire partie d’un grand projet : La FSociety, une organisation secrète, qui veut rétablir l’équilibre social et économique en détruisant les infrastructures des plus grosses banques et entreprises du monde, dont E-Corp, afin de libérer le monde de ses dettes.

.Parlons un peu casting
Les quatre personnages récurrents de la saison 1, Elliot, Mr Robot, Angela et Darlene, sont respectivement joués par Rami Malek (aperçu dans « La nuit au musée«  en tant qu’Ahkmenrah), Christian Slater, Portia Doubleday et Carly Chaikin (de la série « Suburgatory« ).
La série marque un très bon point pour la qualité de jeu de ses acteurs, avec une mention spéciale pour Rami Malek, très convaincant dans le rôle d’Elliott, un geek junkie. On pourrait avoir peur qu’il soit sur-joué, mais il a su au contraire rendre très naturelle la personnalité complexe du jeune homme et réussit à nous le rendre attachant malgré tout.

.Ambiance
Comme évoqué plus haut, l’ambiance générale de la série est très sombre, comme l’ensemble de ses images. Un malaise est omniprésent, du aux personnalités complexes et inattendues des personnages. Aucun n’est réellement bon, mais ils sont plus intriguants et dérangeants que réellement détestables. Il y a également des interactions entre Elliot et nous, ce qui nous intègre à l’histoire et accentue encore cette ambiance pesante. La musique, sans entrer dans les détails, est également très bien choisie et participe grandement à toute cet univers.

Seul bémol que je citerais, la série est peut-être un peu longue à commencer et l’aspect psychologique n’est réellement resentit que vers le milieu de saison. Mais comme vous l’aurez compris, cela n’enlève rien à sa qualité, et elle est à voir absolument. Un chef-d’œuvre (oui, carrément), qui se termine en apothéose. Sur ce je vous laisse pour commencer la saison 2 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *