La Belle et la Bête

XIXème siècle, suite à une terrible tempête et au naufrage de ses navires, un marchand ruiné s’exile à la campagne accompagné de ses six enfants. Un jour, l’homme tombe mystérieusement sur un château abandonné peuplé de richesses inestimables, qui pourraient le renchérir. Le marchand ne sait alors qu’il s’agit du domaine de la mystérieuse Bête, qui le condamne suite au vol d’une rose, destinée à sa fille cadet, Belle.  Se sentant coupable, cette dernière décide de se sacrifier et se rend au château du monstre.

13ème version du conte original d’Apulée, « La Belle et la Bête«  fascine et n’a pas fini de nous surprendre. Cette nouvelle version de Christophe Gans (« Le pacte des loups« ), est riche en effets spéciaux et l’esthétique est sans aucun doute irréprochable avec des ralentis à couper le souffle. Ce monde merveilleux est fascinant et c’est un plaisir de redécouvrir ce conte. Toutefois, la performance des acteurs est quelle que peu difficile à évaluer à cause du surplus d’effets qui masque certains aspects du film. Vincent Cassel est tout de même convainquant mais le jeu de Léa Seydoux reste timide.

Au final, le tout fonctionne parfaitement et on en sort plus que satisfait. Un film français étonnant comme on en a rarement vu. Applaudissements et cocorico !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *