Lettre ouverte au rap français

Cher Rap français,

Tu as pendant longtemps bercé les idéaux d’une jeunesse désabusée. Tu as été celui qui exprimait tout haut ce que les minorités sociales pensaient tout bas. Tu étais écouté, adulé et décrié pour des raisons d’engagements. Tu ne craignais ni censure ni parjure, car ce que tu disais représentait une réalité poétique à la disgrâce des politiques. 

Où es tu passé rap français? Chaque jour des milliers de jeunes ou moins jeunes clament ton nom, restants sans réponse. Ceux qui t’ont connu ne comprennent pas la raison de ton départ. Comment as tu pu laisser les ondes radiophoniques pourrir de l’intérieur, laissant au mécréant la part du lion devenant toi même la carcasse ? 

Au jour d’aujourd’hui les politiques et nos parents ont une bonne raison de détester le rap. Souvent incompris et associé à une culture de jeunes de rues, déscolarisés et sans notion de la langue française, tu détruisais ces préjugés, à coup de rimes et de punchlines bien placées, tu envoyais valser les vieux penseur et leurs idées démodées. A la seconde où je t’écris cette lettre Rap français,  Booba et JUL réunissent à eux deux des millions d’oreilles attentives. Ces faux rappeurs sans texte ni âme sont actuellement l’idole de la jeunesse française. Abrutis par des paroles trainant femmes et valeurs morales dans la boue, préférant parler pognon, mauvais shit, pétasses et Ferrari, les jeunes répètent bêtement ce que ces idiots leur enseignent. Aucune forme de recherche artistique, aucun fondement poétique, ce qui était la poésie urbaine est devenue le ramassis de la haine et de l’intolérance grammaticale. Tes artistes encore fidèles et leurs auditeurs se font même traiter d’analphabètes! Comment peux tu tolérer cela Rap Français ? 

A l’heure actuelle la désillusion attend ces millions de jeunes qui pensent qu’un vocoder, deux trois insultes sur les femmes et parler de leur jeunesse de dealer leur rapportera de l’oseille. Toi qui étais l’art de vérité, la poésie enragée, comme ton frère le rock face à l’argent vous avez capitulés! Sans sourciller tu as laissé pour compte des cerveaux qui voulaient changer, ces artistes incompris du système scolaire rejetés. Tu étais une source de création et voilà que ton univers s’abaisse au niveau d’une cour de récréation. 

Rap français tu me déçois, il a fallu que je cherche longtemps pour retrouver confiance en toi. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *