Kin : le Commencement, la Science-fiction est-elle de retour au cinéma ?

Kin : le Commencement, la Science-fiction est-elle de retour au cinéma ?

Kin : Le Commencement est le dernier bébé cinématographique de Josh et Jonathan Baker. Sorti en France le 31 août dernier, il a été annoncé au vu de sa bande-annonce comme une sorte de Stranger Things en film en version teenage améliorée… Voyons donc ce que ça donne après visionnage !

D’abord, un petit œil sur la bande-annonce :

 

Au premier abord, le film tient la plupart de ses promesses. Son scénario tient la route et l’on retrouve une ambiance old school avec des références aux films du genre tel que Terminator.  La trame, plutôt linéaire, laisse présager de la direction de l’intrigue sans que cela soit particulièrement gênant puisque l’accent est mis sur les personnages.

En effet, Kin : le Commencement, est construit à la manière des séries actuelles au format long comme Game of Thrones. Les réalisateurs prennent le temps de poser pleinement les enjeux et de développer l’univers dans lequel évoluent les personnages afin de familiariser le spectateur à celui-ci et de lui permettre d’affiner son lien avec le spectateur et son histoire. Le background d’Eli (Myles Truitt) et son frère (Jack Raynor) ainsi que leur relation sont mis en avant et développés tout au long du film de manière à ce que leurs motivations et leurs émotions les humanisent au maximum face au grand méchant de ce premier opus incarné par James Franco.

Malheureusement pour le spectateur, si le rythme narratif fonctionne pour une série dont un épisode est attendu chaque semaine, on en attend davantage pour un film dont la suite ne paraîtra probablement que dans un an ou deux. Ainsi, la mise en place semble longue, probablement trop, et l’aspect futuriste ou science-fictionnel qui fait l’originalité de ce long-métrage est finalement reléguée au second plan jusqu’à la toute dernière minute. On n’aura donc qu’une peau de chagrin en guise de réponse en ce qui concerne les mystérieux hommes en noir et l’arme surpuissante qui font pourtant tout l’intérêt de cette histoire…

En soi, Kin : le Commencement n’est ni bon ni mauvais car il est impossible de le juger sans avoir une vue d’ensemble sur l’œuvre intégrale. Comme l’indique son titre, il s’agit d’un « commencement » et s’il nous met l’eau à la bouche quant à la suite à venir, il nous laisse également sur notre faim à la sortie du cinéma…