Davodka, à consommer sans modération

Davodka, à consommer sans modération

Molière doit être très fier. La jeunesse est bien loin d’avoir oubliée le maniement du français. A mille lieues de la langue de bois ou de pute, Davodka s’inscrit dans le rap français comme un OSNI, Objet Sonore Non Identifiable.

 

Roi de la métaphore, Prince du flow qu’il maitrise à la perfection, Seigneur de la représentation sociale et Champion du Champs lexical, saisissez vous d’un Bescherelle et d’un bon dico pour écouter cet artiste hors du commun. 

Il est bien loin le rap à l’auto tune, dénonçant l’injustice sociale à bord d’une Porsche Cayenne. Davodka nous sert ses vers de grand cru dans ces albums Mise Au Poing, L’art Tisant, Un poing c’est tout, et la Compil’epsie. Un homme qui a beaucoup à dire, un nouveau genre de poésie, l’oreille en vaut le détour. Une recherche instrumentale est aussi à souligner. Un alliage de beats et de mélodie au violon comme au piano ou bien l’orgue, il met la musique à l’honneur et prône la qualité. 

Davodka est reconnaissable d’entre tous ces rappeurs commerciaux qui participent à la décadence de la radio française grâce à un flow hors norme. Une mitraillette à faire pâlir un terroriste, de ses lèvres s’échappent un rafale de mots plus vrais les uns que les autres. 

Le rap français a très mauvaise réputation à l’heure actuelle. Critiqué pour sa faiblesse intellectuelle, ses thématiques qui tournent en rond, l’image de ses interprètes plus que pitoyable, ce genre musical en laisse beaucoup insensible. Pour reprendre Eric Zemmour, qui clame à l’antenne télévisuelle« c’est une musique d’analphabète », je lui conseillerai de se tourner vers le véritable rap et notamment Davodka. Je lui recommanderai le grandiose Couteau dans la Paix, et lui indiquerai la direction d’ Echelle Sociale pour qu’il puisse finir par changer d’avis sur un Coup de Poker.

Un artiste à faire découvrir à ses parents sans aucune hésitation, nouveau poète urbain, Davodka se doit être connu et reconnu. Un remède à désintoxiquer les ondes radiophoniques françaises, le maestro du rap en a encore beaucoup dans la tête et n’a pas fini de nous chanter sa propre réalité avec un talent verbal incommensurable. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *