Deadpool 2 : ça pète et ça claque (rien que ça !)

Deadpool 2 : ça pète et ça claque (rien que ça !)

Wade Wilson alias Deadpool, le mercenaire le plus cool du monde (ça va lui faire plaisir) revient ! Cette fois, il doit faire face à Câble, un Super-Soldat, venu du futur pour tuer un enfant qui deviendra très, mais alors, très méchant (Terminator c’est toi ?). Deadpool va devoir réagir et montrer sa part d’héroïsme pour faire le Bien.

Quel plaisir de retrouver notre « super-héros », Deadpool ! Ce deuxième volet était attendu avec grande impatience. Le moins que l’on puisse dire c’est que le héros, campé par Ryan Reynolds, est en forme ! L’humour, parfois noir, souvent en dessous de la ceinture, qui nous avait conquis dans le premier volet revient en force pour notre plus grand plaisir (et sans chichis). Bon, pour être honnête, ce second opus, bien que très réussi, n’a pas autant d’effet de surprise que son prédécesseur. Ce qui est finalement normal puisqu’on sait déjà qui est Deadpool et on connait bien son humour. 

Ok, dans Deadpool 2 : on rigole, les effets sont plutôt cool, les musiques elles-mêmes apportent ce ton décalé aux scènes qui plait beaucoup. Vous l’aurez bien compris, ce héros pas comme les autres nous séduit puisqu’il casse complètement les codes des autres Marvel. 

Le scénario, quant à lui, n’a rien d’extraordinaire en soit. On voit l’évolution de Deadpool qui s’apprête à enfiler un rôle de super-héros (enfin il va faire de son mieux).

Côté casting, Ryan Reynolds se montre encore une fois très drôle quitte à se moquer de lui-même et de tous les autres héros / méchants : Batman, Wolverine et même… Thanos (s’il vous plait, restez après le premier générique, les deux scènes en valent largement la chandelle !). Bravo à Josh Brolin, le grand méchant Marvel, qui après Thanos, « s’amuse » avec Deadpool dans le rôle de Câble. Belle découverte de l’actrice Zazie Beetz alias Domino la femme la plus chanceuse du monde (si, c’est un pouvoir). 

Humour grinçant, blagues à gogo ! Un bon moment même si le 1er reste pour le moment notre favori.

PS : Merci Céline Dion pour la formidable bande originale !