Divergente 3, au-delà du mur : une première partie à la hauteur

Divergente 3, au-delà du mur : une première partie à la hauteur

Suite à la mort de Jeanine, les factions n’existent plus. La boîte, ouverte par Tris, a dévoilé un message intrigant : les divergents sont l’avenir et au-delà du mur qui encercle la ville de Chicago, se trouve un monde meilleur. Tris est intriguée et souhaite le découvrir. Malgré l’interdiction d’Evelyn, la mère de Quatre désormais au pouvoir, notre héroïne et ses compagnons franchissent le fameux mur. Ils découvrent alors un monde hostile, dévasté. Ils sont accueillis par une nouvelle civilisation, plus évoluée et protectrice, qui pendant toutes ces années, observait la ville de Chicago. Ils sont le fruit d’une expérience scientifique. Les dirigeants de ce monde tentent de trouver des individus purs pour créer l’être parfait et construire un monde à l’image de la perfection. Mais au fond est-ce vraiment une bonne initiative ? En parallèle, une guerre se prépare à Chicago entre les hommes d’Evelyn et les résistants…

On était assez angoissé à l’idée de voir ce nouveau volet. C’est une mode de diviser le dernier tome d’une saga littéraire en deux films. C’est une mode de louper la première partie aussi. « Hunger Games », « Harry Potter » en sont deux bons exemples, bien que les autres films des deux sagas respectives, soient excellents. Grande et belle surprise : « Divergente 3 : au-delà du mur » déroge à la règle. Après avoir adoré l’intrigue du premier et aimer la révolte du second, la première partie de ce troisième volet est prenante. Pas le temps de s’ennuyer. Le film est rythmé par son action et par les découvertes que nous faisons au même titre que les personnages. Complexe au commencement, les questions que l’on se pose depuis le début trouvent enfin leurs réponses.

C’est un vrai plaisir de découvrir ce nouveau monde aux côtés des personnages que l’on affectionne. Shailene Woodley dans la peau de Tris est toujours aussi convaincante et quel plaisir de retrouver Theo James  sous les traits de Quatre.

Ce nouveau volet pour les adolescents et jeunes adultes soulève des questions existentielles sur la destruction de notre environnement, la manipulation humaine, la soif de pouvoir. L’homme veut atteindre la perfection quitte à faire des sacrifices. La métaphore du ciel qui saigne pour illustrer toute la souffrance du monde est une belle trouvaille.

Seul reproche : les effets spéciaux sont malheureusement peu soignés quasiment spartiates ! Vite fait et mal fait, une vraie déception sur ce point mais cela n’empiète pas sur le divertissement dans sa globalité.

Une première partie dynamique et divertissante, « Divergente » est une saga d’action et nous le montre encore une fois !  La dernière partie va se faire attendre… La fin est proche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.