Concert Shaka Ponk : les temps changent !

SK_VT_01

Samedi 17 mars 2018, je me suis rendue au concert des Shaka Ponk à la Halle Tony Garnier de Lyon. Vu il y a 4 ans dans la même salle, j’avais plutôt hâte de retourner voir un groupe qui me faisait vibrer au lycée.

Première partie. Le groupe The Noface qui a bien chauffé la salle et mis une bonne ambiance. Très vite les Shaka Ponk prennent le relai pour mettre le feu dans cette salle déjà en folie.

Le succès des Shaka Ponk ne cesse d’augmenter et le public ne cesse de se renouveler. De la diversité avec des personnes de tout âge, la Halle Tony Garnier était pleine à craquer. Une fosse noire de monde, des gradins remplis de haut en bas. Installée dans la fosse – comme chaque concert que je fais – je savais que le public allait bouger et surtout pogoter. Cela ne m’a pas effrayée plus que ça puisque j’avais déjà vécu cette expérience qui ne m’avait pas déplue et qui c’était bien passée il y a 4 ans. Bien que visuellement le spectacle tienne largement la route, je me suis sentie moins conquise par la tracklist choisie pour le concert.

Et c’est un petit coup de gueule rare de ma part qui va suivre. A mon goût, les morceaux où le public se déchaîne se sont trop enchaînés nous laissant peu de répit pour reprendre notre souffle suite aux pogos tous de plus en plus violents. Des pogos qui ce sont vite transformés en mouvement de foule angoissants. Chacun pour sa peau, c’est à celui qui pousse le plus fort. Personnellement, je n’ai rien contre les pogos tant que cela s’exécute dans le respect de l’autre. Trop de monde tue le monde ! Collés les uns contre les autres, difficile de respirer correctement et de tenir plus de 2 heures dans un tel contexte.

Malgré cela, les Shaka Ponk restent forts dans leur domaine et assurent facilement le show. De vrais bêtes de scène, ils sont fidèles à eux-mêmes.

A chacun ses goûts, à chacun son style… Une bonne ambiance dans la salle mais pas un moment de plaisir pour ma part. Respect aux artistes qui sont vraiment très talentueux !