Escape the game !

Escape the game !

Admirative de la neige pré printanière du paysage parisien, j’entraine mon esprit dans de chaudes contrées où le soleil est roi et le bronzage fait foi. Je me transporte en Espagne, l’odeur de la paella envahit mes narines. Je me retrouve sur le port de pêche de Barcelone, a errer à la recherche d’un restaurant, à la recherche de celui qui fera chavirer mon coeur avec ses poissons frais et sa viande braisée. J’entends la musique latina qui fait bouger mes hanches et je m’envole jusqu’au bout de la nuit dans les soirées sur les plages de la Rambla. Je me téléporte dans la vieille ville à la découverte d’une architecture magnifique près du port Olympique. Je me perds dans les ruelles à suivre le soleil qui est comme un bon ami, toujours présent. Les gens sont heureux et moi aussi. Et j’ouvre les yeux et me retrouve à Paris.

Je vais pour cuisiner, me remonter le moral. J’ouvre mon placard et tombe sur un sachet marron. Je l’ouvre et une explosion couleurs me saisi. Je suis à la Réunion, au marché Saint Paul, au milieu des épices. Rouge, ocre, orange, jaune, vert et j’en passe, les couleurs les plus chaudes sont réunies pour le bonheur de tous. Un brouhaha ambiant règne sur la place. Tous le monde se connait, tout le monde s’interpelle, tout le monde prends soin des autres. Les anciens sont assis à l’ombre et partage les histoires du bon vieux temps. Les jeunes eux courent vers la plage de l’Ermitage pour aller se baigner tant qu’il est encore l’heure. Ils ne sont pas en vacances, non. C’est une journée normal, une journée de plus où la vie est belle et simple. Une journée dans laquelle personne ne se préoccupera d’autre chose que d’être bien, heureux. Une journée que je voudrais revivre encore et encore. Une journée qui me paraît impossible à concevoir à moi, pauvre petite occidentale.

Je rêve de m’échapper de mon quotidien de jeune femme active, parisienne, toujours surbooker, toujours à la recherche de temps libre pour partir en soirée et oublier. Oublier l’espace d’un instant la routine. Oublier la froideur du temps, la froideur des gens, celle des bâtiments. Oublier que je ne peut m’évader que par l’ivresse. Un échappatoire que la nature me fera payer le lendemain avec maux de crâne et d’estomac.

Ne laissez pas la routine prendre le dessus sur vous. Ne laissez pas l’alcool et les drogues vous faire croire que vous êtes libre et heureux. Prenez vous en main, retrouvez votre passeport, posez trois semaines à votre travail et partez vivre votre vie, loin de votre vie. Redécouvrez le bonheur, car il n’est jamais loin. Il faut juste apprendre à prendre son temps.