Le liseur du 6h27 : léger et positif, ce roman aux airs de conte vous fera sourire

Le liseur du 6h27 : léger et positif, ce roman aux airs de conte vous fera sourire

Le succès du premier roman de Jean-Paul Didierlaurent est né grâce au bouche-à-oreille des libraires, où sa couverture nous fait de l’oeil. En 2014, date de sa parution, ses droits avaient déjà été cédés à vingt-cinq pays et la rumeur courait d’une probable adaptation audiovisuelle. Affaire à suivre…

« Le liseur du 6h27 » de Jean-Paul Didierlaurent conte avec humour le quotidien de Guylain Vignolles, ouvrier dans une usine de transformation. Chaque jour, assis sur son indéfectible strapontin orange, il lit à voix haute les feuillets sauvés la veille de la gueule de la broyeuse, qui avait déjà englouti les jambes de son ami Guiseppe. Pour ce gentil fou un peu toqué, « seul l’acte de lire comptait »… Au risque de se retrouver à faire la lecture à ses groupies aux cheveux gris.

Alors que sa mère le croit cadre dans une société d’édition, il n’a en fait que pour seul compagnon son poisson Rouget de Lisle à qui il raconte ses journées monotones. Jusqu’à ce qu’il ne trouve dans le train la clef USB d’une certaine Julie, dame-pipi d’un centre commercial… « J’ai comme l’impression que tu viens de trouver ta quête toi aussi », le prévient alors son ami.

Roman léger aux airs de conte, « Le liseur du 6h27 » nous fait vivre le quotidien de gens simples en quête des petits riens qui donnent un sens à leur vie. Une quête qui passe souvent par la littérature. Son auteur, Jean-Paul Didierlaurent est nouvelliste…et ça se ressent ! Divertissant et positif, il se lit d’une traite grâce aux scènes exagérément cocasses qui nous font sourire. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *