#1 – Rétrospective 2017 : 5 films qui ont retenu notre attention !

#1 - Rétrospective 2017 : 5 films qui ont retenu notre attention !

Encore une fois, 2017 fut une année riche en nouveaux films ! Des surprises, des coups de coeur et quelques déception (la perfection n’existe pas et il en faut pour tous les goûts comme dirait Mémé). La #VTeam a pour habitude de ne retenir que le meilleur. Et si on en sélectionnait 5 ?

Janvier 2017 : la bonne surprise de l’année !

1. Welcome to La La Land haut en couleurs

par Céline Akoum.

Los Angeles, Mia, jeune actrice, essaie tant bien que mal de percer dans le cinéma. Serveuse dans un café, elle passe entre deux services des auditions en vain. Sebastian est pianiste. Il rêve d’ouvrir son propre bar consacré au jazz, un style de musique qu’il affectionne particulièrement. En attendant, il enchaîne les petits boulots et est contraint de jouer des morceaux sans personnalité à ses yeux, dans un restaurant. Ces deux rêveurs se croiseront à plusieurs reprises, ils se repousseront pour finalement ne plus se séparer et s’encourager dans leurs envies. Leur relation tiendra-t-elle face au dur milieu artistique ? 

Récompensé sept fois aux Golden Globes 2017, « La La Land », est un air qui nous trotte dans la tête et devrait être un concurrent plus que redoutable aux Oscars.

Suite au succès de « Whiplash » où Damien Chazelle dépeignait la relation entre un professeur de musique plus que tyrannique face à son élève batteur, le réalisateur change totalement de registre avec « La La Land ». De la couleur, du dynamisme et de la joie de vivre mais pas seulement…

LIRE LA SUITE

Avril 2017 : le film qui fait du bien !

2. La Belle et la Bête : un retour magique en enfance

par Céline Akoum.

Belle vit avec son père Maurice dans un petit village en France. Alors que tous les habitants la trouvent étrange, Gaston ferait tout et n’importe quoi pour devenir son époux. Un beau jour, Maurice part en déplacement. Sur le chemin, il tombe sur un mystérieux château englouti par la neige et le froid en plein mois de juin. Attaqué par des loups, il se réfugie à l’intérieur. Apeuré par ce château qui semble vivant, il tente de repartir. Il tombe soudainement sur un jardin de rose et décide d’en prendre une pour sa fille. La Bête le fait alors prisonnier pour ce crime. Belle retrouve son père et échange sa place avec ce dernier. 

Après « Cendrillon », pari de nouveau risqué pour Disney : adapter le dessin animé de 1991 en live ! Un conte qui a bercé notre enfance. Pour autant, les enfants des années 90 ne seront pas dépaysés. Le film reste fidèle à l’histoire du dessin animé, reprenant même certaines répliques à l’identique sans oublier les reprises de certaines chansons que l’on connaissait mieux que nos leçons.

Les sublimes images du film nous plongent de suite dans un monde merveilleux, un univers magique.

LIRE LA SUITE

Mai 2017 : voyage dans la galaxie !

3. Les Gardiens de la Galaxie : c’est reparti pour un tour !

par Galadriel Elie.

Si je vous dis Pina Colada, raton-laveur et vaisseau spatial, à quoi pensez-vous ? Non, ce n’est pas le début d’une mauvaise blague. Certains d’entre vous l’ont compris, d’autres ont simplement lu le titre – petits malins. Dans tous les cas, aujourd’hui, je vous donne mon avis sur le second volet des Gardiens de la Galaxie. C’est parti mon kiki !

Ce qui a fait la force du premier volet en 2014, c’est son ambiance : c’est cool, c’est fun, ça groove et surtout, c’est pas prise de tête. Clairement, on est à des lieues des films de super-héros traditionnels – Deadpool mis à part. Pour tout vous dire, je suis même allée voir Les Gardiens de la Galaxie sans être très convaincue. Je venais de finir de déménager, je n’avais pas encore d’électricité et, avec ma sœur et mon chéri, nous cherchions une occupation, histoire de ne pas nous coucher à 19h30. De fil en aiguille, nous nous sommes retrouvés au cinéma dans la soirée.

LIRE LA SUITE 

Juin 2017 : quand les nouvelles technologies vont beaucoup trop loin

4. The Circle : Dystopie ou futur proche ?

par Camille Duhautbout.

Mae Holland (Emma Watson) est une jeune américaine à la recherche d’un emploi. Elle est embauchée au début du film par l’entreprise « The Circle ». Comme de nombreuses entreprises du XXIe siècle, celle-ci est à l’image de Facebook, Google ou Apple pour ne citer que ces exemples. A la recherche d’innovations plus grandioses les unes que les autres. « The Circle » propose ainsi à ses clients la mise en place d’un profil destiné à centraliser toutes leurs données et leur permettre ainsi de réunir toutes les informations pouvant faciliter leurs démarches au quotidien.

Pour aller encore plus loin, « The Circle », ardemment défendue par son leader charismatique Eamon Bailey (Tom Hanks), souhaite faire adopter le dispositif du « see change », une petite caméra pratiquement invisible, qui se fond dans tous les décors. Le but ? Filmer absolument tout, partout, et tout le temps. Partant du principe que notre conduite est meilleure si l’on est observé, le film projette à l’écran un débat actuel sur la question de la liberté face à la technologie : si le monde entier est visible à travers l’œil d’une caméra, alors l’oppression n’existe plus, les secrets n’ont plus lieu d’être, tout est dit, vu, et entendu. Mais qu’en devient-il de la vie privée ? De l’intimité ? De la liberté d’expression ?

LIRE LA SUITE

Juillet 2017 : un film de guerre pas comme les autres

5. Pourquoi Dunkerque est le film que nous attendions sans le savoir?

par Camille Duhautbout.

Depuis le 19 juillet 2017, les salles de cinéma en France ne désemplissent pas, et pour cause, Christopher Nolanest de retour. Dans Dunkerque , le réalisateur retrace le sort des alliés pris au piège par les allemands sur la plage de Dunkerque en mai 1940.

La seconde guerre mondiale est un thème très prisé du cinéma et il est aujourd’hui difficile de sortir du carcan et des clichés qui en découlent, c’est pourquoi le réalisateur a choisi de développer un point de vue original en n’envisageant pas le film comme un film de guerre mais plutôt comme un film sur la guerre.

Loin des habituels massacres barbares où le sang coule à flots ou des scènes de sexe torrides qui couvrent nos écrans à l’heure actuelle, Christopher Nolan s’est armé de douceur, de justesse et de la musique d’Hans Zimmer, pour ramener le spectateur dans les embruns de mai 1940 aux côtés des 400 000 hommes encerclés sur la jetée de Dunkerque.

LIRE LA SUITE

Et vous quelle est votre sélection ?