Liberté, douce utopie

Liberté, douce utopie

#jesuischarlie goûtait la liberté. #balancetonporc nous remet les pieds sur terre. Deux attentats, deux atteintes aux droits civiques, un seul reçoit du crédit le second allant directement sur l’échafaud. Donnés en pâture aux arriérés, aux misogynes, aux imbéciles, les droits des femmes ne sont qu’une polémique de plus dans une société patriarcale immuable depuis des siècles. Il fallut que des célébrités s’expriment pour qu’un tant soit peu de considération soit accordé à toutes ces femmes de l’ombres, à ces employés qui en guise de compliments reçoivent une main aux fesses quotidienne, à ces femmes de ménage que l’on traite de menteuse quand elles crient au viol, attaquées par un gros politicien richissime et dégoutant, à ces femmes mariés à des ivrognes qui ne comprennent pas le « non », à ces femmes en général qui sortent de chez elles belles et se font salir par le regard de chiens en chaleur irrespectueux.

Quand on parle de harcèlement sexuel, la première idée soumise est : quelle différence faire entre ceci et de la drague ? Messieurs, gentlemen, hommes de classe et d’éducation, s’il vous plaît, expliquez-leur. Expliquez-leur que siffler une femme ne la fera pas venir dans ton lit, que l’interpeller de manière insistante et répétitive ne lui fera pas penser « oh, mais que cet homme est charmant ! » , que lui balancer une « salope » si elle te dit non ou t’ignore n’est pas gentil, ni agréable et ne la fera pas changer d’avis. J’aimerais que tous ces hommes comprennent ce qu’est le respect tout simplement. Est ce vraiment si compliqué ?

Incriminer les femmes parce qu’elles sont trop habillées, avec une jupe trop courte, maquillées, libre et fière est ce vraiment une bonne idée ? Quand j’entends à la radio des femmes qui blâment d’autres femmes cela me répugne. Simone Veil, vous me manquez. Nous sommes dans un pays dans lequel le burkini a fait polémique parce qu’il était privateur de liberté de la femme musulmane. Nous sommes dans une nation qui condamne d’une amende la burka et le port du voile dans des administrations publique, pour protéger et libérer les femmes. Nous vivons en France, pays des droits de l’Homme. Et pourtant, les femmes qui portent une jupe sont coupables de ne pas avoir dissimulé leurs formes. Les femmes qui ont bu un verre et qui sont un peu éméchées sont des allumeuses. Les femmes qui sont seules dans la rue sont coupables de ne pas avoir été accompagnées d’un homme. Sérieusement, en fonction de certains témoignages, j’hésite entre l’Arabie Saoudite et le Qatar dans lequel ils lapident encore les femmes, puis je me rends compte que j’entends ce genre de conneries sur les ondes françaises. Et je retourne à ma torpeur. Désespérée par tant de bêtise humaine.

Tout cela pour dire quoi. Pour vous faire réaliser que nous retombons dans une époque arriérée, époque dans laquelle les femmes devaient rester à la maison, s’occuper des enfants, du ménage et du mari. Nous nous prétendons avancer en terme de technologie, de science, de savoir. À côté de cela, reconnaître qu’une femme mérite le même salaire qu’un homme à travail égal doit être théorisé et mis en lois, la parité en est de même, et je ne parle pas du fait de porter plainte pour harcèlement ou viol. Alors s’il vous plaît, vous qui me lisez, aidez nous femmes, à faire changer les choses.