Andy Serkis, le maître absolu de la motion capture

Andy Serkis, le maître absolu de la motion capture

Vous ne connaissez pas forcément son visage et pourtant c’est sans aucun doute un grand nom du cinéma. Gollum dans « Le Seigneur des Anneaux » et César dans « La Planète des Singes » ont un point commun : Monsieur Andy Serkis

Né en Angleterre, Andrew Clement Serkis s’initie très vite aux arts visuels comme notamment la peinture. Durant ses études, il découvre le théâtre, une nouvelle passion qui ne le quittera plus jamais. Il ne le sait pas encore mais son destin dans le cinéma est grandiose.

Il débute tout doucement à la télévision britannique avant de faire le grand saut dans le cinéma hollywoodien et dans de multiples blockbusters (et pas n’importe lesquels).

Mon précieux ! Quand Andy devient Gollum

« Le Seigneur des Anneaux » est l’une des meilleures sagas des années 2000. Une histoire conçue aux petits oignons, pensée dans les moindres détails par l’auteur J.R.R Tolkien ce qui devait forcément attirer le réalisateur Peter Jackson. Grâce à lui, le public découvre des talents hors norme comme Viggo Mortensen, Elijah Wood, Orlando Bloom entre autres. Andy Serkis est une révélation. Il devient Gollum : il devient sa voix, son expression, ses sentiments et son caractère durant quatre ans. Pour cela, la production utilise un procédé datant des années 90 : la motion capture.

La naissance du Génie de la capture de mouvement

Gollum n’est qu’un début. Andy Serkis se passionne pour ce nouveau procédé qui deviendra au fur et à mesure des années, sa spécialité. L’interprète de Kong dans « King Kong » de Peter Jackson, c’est bien lui. Tel un vrai professionnel du cinéma, il met toutes les chances de son côté pour comprendre et s’imprégner de la gestuelle des primates. Il se rend de lui-même au Rwanda pour observer les gorilles.

En 2011, il interprète le Capitaine Haddock dans le Tintin de Steven Spielberg (un film en image de synthèse) avant de devenir le célèbre César dans la franchise « La Planète des Singes ». En 2015, il nous livre une nouvelle performance avec la capture de mouvement en interprétant le suprême leader Snoke dans Star Wars (épisodes VII et VIII).

A noter qu’en 2011, il fonde The Imaginarium Studios à Londres. Il s’agit d’un centre de formation dédié à la capture de mouvement.

Entre temps on le voit sous son vrai visage dans « Le Prestige » du grand Christopher Nolan en 2006 et plus récemment dans « Avengers : l’ère d’Ultron ». Il ne quittera pas l’univers Marvel puisqu’il sera à l’affiche de « Black Panther » toujours dans le rôle d’Ulysse Klaus.

On a vu et on vous conseille :

« Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l’anneau » / 2001 / Peter Jackson
«  Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours » / 2002 / Peter Jackson
« Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi » / 2003 / Peter Jackson
«  King Kong » / 2005 / Peter Jackson
«  Le Prestige » / 2006 / Christopher Nolan
« La Planète des singes : Les Origines » / 2011 / Rupert Wyatt
« Le Hobbit : Un voyage inattendu » / 2012 / Peter Jackson
« La Planète des Singes : L’Affrontement » / 2012 / Matt Reeves
« Avengers : L’ère d’Ultron » / 2015 / Joss Whedon
« La Planète des singes : Suprématie » / 2017 / Matt Reeves

Que ce soit sous son vrai visage ou dans la peau d’un personnage fictif via la capture de mouvement, Andy Serkis n’a pas fini de nous surprendre. On l’attend en 2018 dans « Jungle Books: Origin » (la version de Warner Bros et non celle de Disney déjà sortie en 2016). Baloo risque d’être vraiment fantastique !