Un petit tour en Corse

Un petit tour en Corse

En juillet, j’ai eu la chance de passer une petite semaine en Corse. Et bien qu’ayant profité de ces quelques jours pour me reposer, je me suis également baladée sur l’Ile de Beauté. L’occasion pour moi de faire le plein de souvenirs, et d’en partager quelques-uns avec vous.

Après un rapide vol Lyon-Ajaccio, direction la location de vacances à Porticcio. Et là, le charme opère : une jolie vue dégagée sur la baie d’Ajaccio depuis notre terrasse, c’est plutôt chouette, non ? En plus, nous pouvons surveiller les avions qui décollent et atterrissent, sans en subir les nuisances sonores. De la charcuterie corse – de la vraie, pas celle fabriquée en Chine et importée –, un verre d’apéro et presque pas de moustiques… les vacances peuvent commencer !

 

Ajaccio

Séjournant à seulement une trentaine de minutes d’Ajaccio, nous décidons d’y passer une petite journée. Bon, en fait avec les embouteillages, il faut un peu plus de temps que prévu. Après avoir traversé le centre-ville en voiture, nous finissons par trouver une place sur le front de mer. Non seulement le parking est donné – ce qui est très surprenant en plein mois de juillet dans une ville touristique – mais en plus la balade pour rejoindre le « vrai » centre est très chouette. A condition de s’armer d’un tube de crème solaire, surtout dans le temps de midi – sauf si vous appréciez le look langouste ébouillantée.

Nous faisons assez rapidement le tour du marché, qui se révèle être avant tout un marché touristique avec des stands très similaires. Comme nous ne sommes pas en avance, la halle aux poissons est vide, et c’est bien dommage. Malgré tout, la place du marché et ses environs est très agréable. Le vent, grâce à la proximité de la mer, permet de supporter la chaleur.

Nous nous baladons ensuite dans de jolies petites rues piétonnes. Malgré la saison estivale qui bat son plein, le centre est calme, et c’est très agréable ! Nous flânons tranquillement au milieu des façades colorées, à la recherche d’un restaurant – l’appel de l’estomac n’est jamais bien loin avec moi, vous commencez à le savoir. Nous sommes finalement attirés par Le Bosco et sa carte alléchante. Si vous voulez découvrir une spécialité originale, je vous conseille vivement les moules à la corse : sauce au fromage de brebis et dés de charcuterie accompagnent à merveille les moules d’un étang corse.

Une fois repus – enfin presque – nous continuons notre petit tour, interrompu par une pause glace chez Amorino. Puis nous retournons tranquillement à la voiture, en passant par l’une des rues principales afin de découvrir d’autres façades et bâtiments de la préfecture de la Corse du Sud.

 

Le Voile de la Mariée

Mode randonnée activé ! La lecture, la piscine et la farniente, c’est bien. Mais de temps en temps, il faut se bouger un peu le popotin. Le père de mon cher et tendre nous suggère une balade – comptez une quinzaine de minutes environ pour la montée – menant à l’une des plus grandes cascades de Corse : le Voile de la Mariée.

Située à Bocognano, cette haute et large cascade offre plusieurs « cuvettes » où les plus aventureux peuvent aller faire trempette. Il parait qu’elle est encore plus impressionnante au début du printemps, après la fonte des neiges. Mais rassurez-vous, elle vaut le détour en été également ! Attention cependant : je vous conseille fortement d’y aller avec des baskets ou des chaussures de randonnées. La descente vers les cuvettes est dangereuse, et les pierres peuvent être glissantes.

J’ai un peu honte, mais je n’arrive pas à me souvenir précisément de l’histoire autour de cette cascade, et Internet n’est pas mon ami. De mémoire, elle porte ce nom parce qu’une jeune mariée se serait jetée du haut de la cascade. Rien de très réjouissant, ce qui explique peut-être pourquoi ma mémoire me fait défaut…

 

Excursion en bateau

Ou le jour où le surnom « Ile de Beauté » a prend tout son sens, selon moi. Bien sûr, ce que j’ai vu de la Corse jusqu’à présent est très joli. L’île française m’évoque fortement la Crète, où j’ai passé plusieurs étés. Mais cette excursion en bateau est la cerise sur le gâteau. Vraiment.

Afin de découvrir certains trésors corses, nous décidons donc de réserver une excursion sur un petit bateau – trente passagers environ – au départ de Porto. La ville se trouve à trois heures de route de notre location, mais le trajet vaut carrément le détour : nous grimpons dans la montagne, surplombons des plages sublimes et découvrons des paysages à couper le souffle. Mon coup de cœur étant les calanques de Piana – photo ci-dessus.

Arrivés à Porto, les restaurants ne manquent pas. Nous en choisissons un à flanc de montagne, qui domine le port et nous permet de surveiller les départs et arrivées afin de ne pas louper notre bateau. Après un rapide mais très bon repas, nous nous rendons sur le quai pour embarquer. C’est parti !

Du début jusqu’à la fin, cette balade nous offre de belles surprises et nous permet de découvrir des endroits merveilleux. Nous (re)découvrons les calanques de Piana, mais vues du bas cette fois. Le capitaine nous fait rentrer dans de minuscules grottes et en ressort en marche arrière comme un seul homme. Nous longeons ensuite la réserve naturelle de la Scandola, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette presqu’île entièrement protégée abrite aujourd’hui différentes espèces animales et végétales, et les plus chanceux – dont nous faisons partie – peuvent y apercevoir des nids d’aigles pêcheurs, ou des derrières de chèvres en train de brouter.

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons à Girolata, un village accessible uniquement par la mer et qui ne compte qu’une dizaine d’habitants – or saisonniers pour la période estivale, bien entendu. Très prisé par les touristes pour sa beauté et la vue imprenable qu’il offre sur le golfe de Girolata, le village offre différents bars et restaurants pour faire une pause entre deux excursions en bateau. Il est dominé par une tour génoise, vestige du XVIème siècle. Nous en croisons d’ailleurs un certain nombre lors de cette balade.

Le retour nous semble un peu plus long, car nous ne découvrons rien de nouveau : nous empruntons le même trajet qu’à l’aller, que nous voyons simplement dans l’autre sens. Malgré tout, c’était une très belle expérience, qui m’a donné envie de faire d’autres excursions en bateau à l’avenir. Nous n’aurions jamais pu voir la réserve de la Scandola autrement – sauf depuis le ciel.

Je n’étais encore jamais allée en Corse, et cette première expérience a été plus que positive. Mer et montagne cohabitent en parfaite harmonie et offrent des richesses à côté desquelles il serait dommage de passer. Le seul risque en haute saison est bien évidemment la foule et donc les attractions touristiques bondées ou hors de prix…