La Planète des Singes : Suprématie – bouquet final réussi

La Planète des Singes : Suprématie - bouquet final réussi

Les Hommes et les Singes sont en conflit. Les Singes veulent simplement vivre en paix, tandis que les humains veulent récupérer leur planète et les éradiquer. César, le chef des primates rejette cette guerre qui selon lui a été causée par le défunt Koba

Troisième et dernier volet des aventures de César. Cette trilogie qui nous tient en haleine depuis 2011 ne cesse de nous surprendre de par son réalisme à couper le souffle ! « Suprématie » ne déroge pas à la règle. Dans la peau de César, on retrouve avec plaisir l’excellent Andy Serkis, le maître de la motion capture, un procédé de capture de mouvements magique.

La guerre froide n’est plus, nous voilà dans une bataille totale : l’action est au rendez-vous dès la première scène (pas de longueurs par rapport à « L’Affrontement »).
Les Hommes sont plus que décidés à éradiquer cette nouvelle espèce de primates intelligents – qu’ils ont créé pour lutter contre la maladie d’Alzeimer – et qui selon eux, menace leur existence. Sous les traits du méchant, Woody Harrelson nous fait frissonner. Les scènes de confrontations avec César sont prenantes, bluffantes et émouvantes.

Rien à dire du côté de la technique de la motion capture : saluons le travail accompli par tous les interprètes des Singes dont la gestuelle est soignée dans les moindres détails ce qui rend le tout plus vrai que nature !

Côté scénario, on ne s’ennuie pas une seconde et on avance avec plaisir dans la dernière aventure de César. L’histoire de ce héros plein d’humanisme passionne et ce long-métrage clôt la saga avec brio.

De l’action, de l’émotion et même parfois de l’humour, un dernier film envoûtant et plaisant. « Suprématie » est bien là le meilleur de la saga de La Planète des Singes