Et si Jules Verne avait raison ?

Et si Jules Verne avait raison ?

Le 11 mars dernier sortait une nouvelle quasiment inédite de Jules Verne aux éditions Méli Mélo : La journée d’un journaliste américain en 2889. L’occasion de réaliser à quel point sa fiction est devenue notre réalité.

Comme le titre l’indique, cette nouvelle se déroule en 2889 à New York, mais pas que, et décrit le quotidien d’un journaliste à cette époque. Francis Bennett est directeur du « Earth Herald », un journal parlé aux quatre-vingt-cinq millions d’abonnés. À travers ses différents voyages et rendez-vous, nous découvrons alors une société moderne, qui, étrangement, nous rappelle la nôtre, de la rapidité des transports (tubes, aéro-cars) aux moyens de communication (téléphote ou le Skype d’aujourd’hui).

Écrite en 1889, et pour la première fois publiée indépendamment d’autres nouvelles, La journée d’un journaliste américain en 2889 révèle à quel point Jules Verne était en avance sur son temps et avait l’imagination très réaliste. Délicatement illustrée par le jeune Antoine Alvès, cette histoire nous emmène de surprise en surprise, page après page : un véritable voyage en seulement une soixantaine de pages !

Un court récit donc, à glisser dans sa poche ou dans son sac afin de voyager l’espace de quelques minutes dans un univers pas si étranger que le nôtre. Une belle réflexion sur la modernité, sa complexité et la communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *