Journal de bord d’une exilée télévisuelle en Thaïlande

Source: nouveautes-tele.com

                                  

Reporter en immersion, je me lance aujourd’hui dans une expédition dans laquelle je ne pense pas revenir. Aujourd’hui, je regarde… Les Marseillais en Thaïlande. Je tiendrai donc un journal de bord, minute par minute pour vous faire part de mes impressions. Alors voici un dernier message à tous mes amis, à ma famille, à vous chers lecteurs : « Si jamais je ne reviens pas vivante ou bien si je vous retrouve changée, ou atrophiée cérébralement, sachez que j’ai fait cela pour vous, pour votre bien à tous ».

Mardi, 18h48 : Deux minutes avant le drame. Le dernier spot de pub Panzani vient de se terminer, le logo W9 s’affiche. J’ai les mains moites et le cœur qui palpite. Mon corps sent que ce que nous allons vivre promet d’être dangereux.

18h50 : Ça y est, c’est parti ! Le générique se lance. Une armée de bimbos aux seins de la taille d’un obus de la seconde guerre mondiale se rue sur moi. Je ne savais pas que ce programme pouvait s’avérer à ce point historique.

18h57 : J’ai du mal à m’adapter à la culture locale. Le langage employé est un dialecte spécifique. Prenez le français et ôtez-y le subjonctif, l’accord des participes passés, les règles grammaticales de bases, rajoutez-y quelques insultes exotiques et demandez à votre petit frère de 5 ans de vous expliquer le concept de la relativité d’Einstein et vous parlerez couramment le Marseillais de téléréalité.

19h12 : Troisième conflit depuis que je suis arrivée dans la tribu quelques minutes auparavant. Celui-ci oppose Norma à Kevin car celui-ci a embrassé une autre fille alors « qu’il ne devait plus jamais le refaire après avoir déjà fait un câlin à Pamela et rouler une galoche à Leslie », dixit Kim, la voix de la raison. D’ailleurs, d’après celle-ci «Dans la maison, c’est la 16ème Guerre Mondiale ! »

19h15 : Je me suis fait repérer ! Qu’est ce qui m’a trahit ? Serait-ce mon accord sans faute du verbe être au passé simple, ou bien ma réaction désabusée face à Jessica qui m’expliquait pourquoi elle hésitait entre Tony et Matthieu, parce que « tu comprends Matthieu est gentil et mignon, mais j’aime que les mecs me traitent mal et me rende folle comme Tony. » ? Ou bien serait-ce mon discours sur la décence vestimentaire, en m’interrogeant à haute voix sur le fait que les filles n’étaient pas nécessairement obligées d’être sexualisées pour plaire, qu’elles avaient le droit de porter des vêtements qui ne laissaient voir ni leurs poitrines ni leurs arrières train proéminents ?

Je n’ai pas pu rester plus de 30 minutes dans cette ambiance ridicule, désespérante mais néanmoins paradisiaque des Marseillais en Thailande. Trop, c’est trop. Je ne peux tolérer, pour moi-même, et ceux qui partagent mon opinion comprendront, ces abus de stéréotypes sur les femmes-objet, les hommes machos et l’étalage du luxe pour vivre heureux dans la fainéantise la plus outrageuse. Encore une fois, une image des plus déroutantes et des moins éducatives est transmise à nos jeunes têtes blondes à des heures de grandes audiences. Est-ce notre futur qui se dessine aujourd’hui à la télévision, une jeunesse à peine scolarisée qui ne pense qu’à s’amuser ? Qui renvoie la femme à l’état de corps, juste bonne à être jolie et qui ne peut aligner trois pensées sans pouffer de rire en disant « Je comprends rien » ? Cette émission est bien historique : la place de la femme reste identique à celle du XIXème siècle.

Je suis fière d’écrire cet article en tant que femme, femme qui pense, femme qui a une opinion, femme qui n’est pas juste bonne à rire aux plaisanteries d’un homme, femme qui s’exprime aux noms des femmes.

Je vous remercie, vous lecteurs de prendre le temps de réfléchir en parcourant mes articles. Ainsi, je vous interroge : « Et vous, qu’en pensez-vous ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *