Big Eyes : Le chef-d’œuvre de Tim Burton

Malheureuse en ménage, Margaret décide de quitter son mari. Elle s’enfuit avec sa fille pour recommencer sa vie. Passionnée par la peinture, elle ne cesse de peindre des enfants malheureux avec des yeux immenses. Elle fait la connaissance de Walter Keane, un homme lui aussi passionné par l’art, agent immobilier qui gagne bien sa vie et très vite ils décident de se marier.
Tous deux aimeraient vivre de leur art. Walter prend les choses en main et décide d’exposer leurs toiles dans un restaurant dansant. Les toiles de Margaret font sensation et par inadvertance, Walter se présente comme étant l’auteur des Big Eyes. Contrainte Margaret se laisse faire et tombe dans le plus gros mensonge de l’histoire de l’art…

Source 
Christoph Waltz et Amy Adams à l’affiche du nouveau Tim Burton

Il était temps ! Tim Burton se détache de ses deux acteurs fétiches : Johnny Depp et Helena Bohnam Carter. Autant le dire de suite, cela ne fait vraiment pas de mal ! Parti d’un fait réel, le réalisateur porte à l’écran le plus grand mensonge de toute l’histoire de l’art avec succès. Dans le rôle de Walter, l’excellent Christoph Waltz qui excelle une fois de plus en mari vicieux, obsédé par l’argent et la célébrité. Dans le premier rôle, Amy Adams, peut-être un peu « molle » mais émouvante malgré tout en femme fragile et impuissante. La mise en scène est originale. L’esthétisme des scènes semble tout droit sorti d’un tableau vivant. Les paysages sont peints comme des toiles, ce qui donne un effet intéressant. On retrouve le coup de pinceau du maître. Les Big Eyes reflètent parfaitement l’univers de Tim Burton même s’il manque son grain de folie habituel. La bande originale est signée Lana Del Rey, parfaite.

Touchant, drôle et pathétique à la fois, Big Eyes est un film réussi. Il manque toutefois un peu plus de folie de la part de Tim Burton.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *