Birdman ou la surprenante vertu de l’ignorance : Joli coup de plume !

Connu pour avoir interprété le super-héros Birdman dans trois films, l’acteur Riggan Thomson espère se détacher de ce rôle qui lui colle à la peau. A Broadway et sur les planches il compte bien montrer toute l’étendue de son talent. L’homme décide d’adapter sur scène la nouvelle de Raymond Carver « Parlez-moi d’amour » écrite en 1981. Mais seulement voilà, Riggan est hanté par l’oiseau et peine à faire ses preuves : entre une fille qui sort de désintoxication et Mike Shiner, un acteur qui n’en fait qu’à sa tête, il risque d’y avoir de l’ambiance…

Sourcehttp://guardiaoscura.com/ 
Michael Keaton comme vous ne l’avez jamais vu dans le film « Birdman« 

Oscars 2015 du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur scénario et de la meilleure photographie, nous étions plus qu’impatient et curieux de voir le long métrage d’Alejandro González Iñárritu, réalisateur de « 21 grammes ». Malgré le rythme oppressant de la batterie qu’on entend pratiquement tout le long du film et qui donne un gros mal de tête à la fin des deux heures, « Birdman » est audacieux, drôle et spécial en même temps. Cette comédie dramatique nous offre une belle réflexion sur le milieu cinématographique et théâtral. On sent la cruauté du monde du cinéma mais aussi celui du théâtre, celle du métier d’acteur et la difficulté de se détacher d’un rôle qui colle à la peau. Un reproche aux acteurs qui s’improvisent du jour au lendemain comédiens et qui « piquent » la place à des personnes qui ont fait des études et se sont donnés à fond pour se faire une place au théâtre. Une raillerie des blockbusters et des acteurs qui se planquent dans ce genre de super-production. L’esthétisme de cette œuvre est irréprochable. Le spectateur est immédiatement plongé dans cette ambiance théâtrale. Le « faux » plan séquence est quant à lui grandiose, sur la totalité du film, ce qui en fait le plus long de l’histoire du cinéma. Les scènes se succèdent et s’enchaînent sans coupure. On passe de la tête d’un personnage à un autre aisément. Le spectateur et la caméra ne forment qu’un, comme si nous aussi nous faisions partie du film. On visite le théâtre, on passe de la rue à la scène, des coulisses à la loge… Et que dire du casting ! Les acteurs sont tous formidables : De Michael Keaton dans le premier rôle à Emma Stone qu’on (re)découvre en passant par Naomi Watts en comédienne qui rêve de devenir une grande et quelle joie de retrouver (en très grande forme) Edward Norton !

Encore un (bon) film intéressant sur la schizophrénie. « Birdman » est un long-métrage de réflexion sur le monde fermé du cinéma et du théâtre. A voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *