Pharaonic Electronic Music Festival : une programmation internationale au coeur de Chambéry

Pharaonic Electronic Music Festival : une programmation internationale au coeur de Chambéry

 

Le samedi 11 mars, le Phare à Chambéry va se transformer pour devenir le plus grand dancefloor de Savoie. Pour la troisième édition du festival, la programmation dépasse le rayonnement national et nous aligne 8 DJ’s reconnus internationalement pour 8h de son non stop. Coup d’oeil de ce qui attend plus de 6000 chanceux.

Bob Sinclar du label Spinnin Records n’est plus à présenter, auteur du succès planétaire World Hold On, il sera accompagné de l’ambianceur Big Ali qui arrive tout droit des Etats Unis. Dernier carton en date : les sonorités exotiques de Someone Who Needs Me d’inspiration caribéenne.
Feder, un jeune français qui prend de l’ampleur, a cette année été l’ambassadeur des championnats du monde de hand. Avec un profil très deep house, il a récemment marqué la scène électro avec son titre Lordly en collaboration avec Alex Aiono.
En seulement 5 ans, Les Lumberjack, duo français au style unique à la croisée entre la transe et l’électro rock, a su s’imposer sur la scène internationale.
Toujours pour Spinnin Records, Don Diablo, future tête d’affiche du célèbre Tomorrowland, est un DJ hollandais connu de tous les clubbers pour ses titres variés mais toujours vocalisés comme On My Mind ou Cutting Shapes qui promet de déchaîner les festivaliers présents ce samedi soir au Phare.
Sam Feldt, qui sera également à l’affiche de la Fun Radio Ibiza Experience nous fera le plaisir d’être présent à Chambéry.

Mais alors comment un festival d’un tel ampleur a t-il été organisé à Chambéry? Pour en savoir plus, nous avons interrogé Benoît Rastier, producteur du festival.

Créateur de Poisson d’Avril, agence de communication au nom volontairement décalé, Benoît Rastier a décidé de se lancer dans une aventure risquée mais enrichissante avec son lot de challenge.

Quelle cible visez-vous ?

La public privilégié est la jeunesse. On veut que les jeunes s’amusent et donner du bonheur. Mais on vise aussi un public un peu plus vieux avec des artistes comme Bob Sinclar, une légende inscrite dans le décor de la scène électronique.
Nous avons lié de nombreux acteurs au sein de la vie étudiante de la région pour les impliquer dans cet événement. Des partenariats ont été réalisé avec des écoles ou encore des BDE d’école très variées.

Comment s’est fait le choix des artistes ?

Nous voulions des artistes au rayonnement international, que nous n’avons pas forcément l’habitude de voir en France tels que Don Diablo ou Sam Feldt. Mesto, protégé de 17 ans de Martin Garrix est un coup de coeur personnel. Nous voulions donner une chance à des jeunes artistes étrangers, que l’on ne connaît pas encore mais qui auront cette opportunité. Maeva Carter est notre touche féminine et une collaboratrice fréquente de Fun Radio. Just William est un jeune savoyard étudiant le métier de DJ à Londres. Véritable étoile montante, il reviendra dans la région pour s’occuper du warm-up de la soirée.

Qui a porté l’initiative ?

L’initiative est née de Poisson D’Avril. Nous aurions pu choisir Lyon ou Grenoble, au potentiel étudiant beaucoup plus important, mais nous avons choisi Chambéry, le lieu de vie de notre agence. Nous avons voulu créer un événement qui pourrait permettre de faire rayonner Chambéry auprès des étudiants et de dynamiser le secteur. C’est un travail de longue haleine qui présente une réelle prise de risque, ce n’est pas toujours facile mais cela en vaut réellement la peine. C’est notre rôle d’imaginer les événements de demain !
Fun Radio est un de nos partenaires qui est très investi et qui a réellement apporté sa contribution pour la préparation de l’événement. Une grosse communication est prévue et notamment la retransmission de la soirée sur les antennes de Fun au niveau national.

Quels sont les plus de cet événement?

Au delà de la programmation dans un lieu différent de ce qu’on a l’habitude de voir, on offre du bonheur pendant toute une soirée à un public de différents âges. On réussit à faire venir des artistes internationaux chez nous !
Autre nouveauté : des mineurs peuvent venir à l’événement. Différents dispositifs ont été mis en place pour leur permettre aussi de profiter de l’événement en toute sécurité, dans une démarche pédagogique.
Enfin, c’est un réel show que l’on prépare. On veut créer une ambiance. Toute une scénographie est mise en place où les participants auront l’impression de rentrer dans un temple grâce aux jeux de lumière, des jeux de flammes… Tout est timé, c’est une véritable machine de guerre ! *rires*

Ce teasing nous rend d’autant plus impatient de découvrir le Pharaonic Electronic Music Festival. Il promet de marquer les esprits et de faire briller les yeux des spectateurs pour cette troisième édition… N’hésitez plus, les dernières places partent vite !