Discount : La surprise cinéma du mois

Si « Discount » ne se distinguait pas au premier regard des autres productions cinématographiques de janvier, nous sommes quand même allés le voir. Sorti mercredi dernier, c’est une belle suprise qui nous attendait là. Explications.

Source : Abusdecine.com 

Dans un discounter du Nord Pas-de-Calais, les employés se voient menacés par l’arrivée des caisses automatiques. Si certains ne réagissent pas, Gilles, Christiane, Alfred, Emma et Momo décident d’agir. Gagnant moins de mille euros par mois, ils vont déjouer le système de sécurité du magasin pour voler les produits jetés à la poubelle et qu’ils enduisent de javel au quotidien. Avec leur butin, ils créent leur propre magasin solidaire. À leurs risques et périls.

Avec ce long-métrage, Louis-Julien Petit choisit de dénoncer la triste réalité en abordant plusieurs sujets de société : la peur du chômage, la précarité et la gaspillage alimentaire. Pour accomplir ce projet, il a, des mois durant, enquêté auprès d’employés de grandes surfaces : cela se sent, le thème est très bien traité. Sans longueur, cette production a également le mérite de réunir Pascal Demolon (Alfred), Olivier Barthélémy (Gilles), Sarah Suco (Emma) et M’Barek Belkouk (Momo), des acteurs dont le physique et le jeu collent parfaitement avec leurs différents personnages. La performance de Corinne Masiero en employée révoltée et celle de Zabou Breitman en directrice de magasin tiraillée sont également à souligner.

Néanmoins, quelques points ont empêché cette comédie sociale positive de devenir un coup de coeur. Si la dénonciation des injustices est au coeur du film, cela n’empêchait en rien l’ajout d’émotions à travers la musique ou des scènes critiques par exemple. Par ailleurs, la fin étant brutale, le film est coupé court dans son élan et les spectateurs restent malheureusement sur leurs faims. « Discount » manque donc un peu de profondeur et c’est bien dommage.

Malgré ces défauts, ce long-métrage est une véritable ode à la rebellion positive. Tourné en 2013, il a d’ailleurs du faire appel au financement participatif pour voir le jour : il manquait une grosse somme d’argent pour réaliser la post-production. Un film discount en somme, qui aborde des sujets de société sur plusieurs tonalités. Les spectateurs rient, les habitants agissent. Mais cela démontre-t-il d’une véritable solidarité au-delà de l’écran ?

 

Si ce n’est pas le film de l’année, « Discount » est un film à voir, surtout si vous aimez regarder des comédies sociales britanniques comme Pride et Full Monty, et si vous avez lu et apprécié Les Tribulations d’une caissière d’Anna Sam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *