J’ai testé pour vous le “speed watching”

speed watching

Ce n’est un secret pour personne, il y a de plus en plus de séries qui sortent chaque année, avec des moyens plus ou moins importants, des sujets divers et variés et leur sortie est parfois aussi attendue que celle de films à gros budget. Comment allier une activité professionnelle (ou étudiante), une vie sociale et un sommeil suffisant ?

 

En quoi consiste le “speed watching”?

En décembre dernier, je découvrais le concept de “speed watching”, présenté dans un article comme LA solution pour gagner du temps. Quand on suit plusieurs séries en parallèle, le temps devient un véritable enjeu, j’ai donc décidé de tester ce nouveau phénomène.
Il s’agit donc simplement d’accélérer la vitesse de la vidéo que l’on regarde. Il n’y a pas de règle sur le pourcentage à sélectionner. Tout est dans la mesure, il ne s’agit pas de passer des scènes et de ne plus rien comprendre des dialogues.
Les plus expérimentés peuvent en revanche faire varier l’allure en fonction des types de scènes et ainsi zapper les plans contextuels pour ne conserver que les dialogues et l’action; une méthode proactive qui demande donc un peu d’expérience mais qui permet de réduire encore davantage la durée de votre épisode.

Mon retour d’expérience

Je vous conseille d’augmenter progressivement la vitesse de votre vidéo afin de ne pas être perturbé par le changement de rythme.
Premier constat : on s’habitue très vite à la nouvelle cadence. Le temps du générique et de quelques dialogues, vous ne faites déjà plus attention. Au contraire, le process dynamise de beaucoup l’intrigue.
Deuxième constat : il est très difficile de s’en passer. Etant une adepte du “binge watching” depuis des années, cette solution me permet donc de gagner sur le temps de visionnage des mes séries. En revanche, pour certaines séries très attendues type Game of Thrones, je souhaite savourer chaque épisode. Après m’être habituée à des programmes dynamisés et sans temps mort, je m’ennuie beaucoup plus rapidement devant un épisode quelconque que je n’accélère pas. Et voilà le revers de la médaille, après avoir testé le “speed watching”, est-il possible de ne pas altérer son rapport aux séries ?

 

Ce nouveau phénomène est intéressant et répond à une problématique temporelle qui est encore loin d’impacter le plus grand nombre, mais plutôt les gros consommateurs de séries. Faut-il souhaiter gagner du temps pendant son visionnage ou conserver cette activité comme une pause dans un emploi du temps chargé ?