La Gomme : L’art du mélange des genres

Aujourd’hui, la rédaction de VotreTalent vous fait découvrir le travail, la passion de La Gomme. Lisez notre interview, allez faire un tour sur sa page facebook et son blog… Admirez.

Source :  http://lagomme.tumblr.com/ 
Retrouvez La Gomme sur Tumblr et Facebook !

VotreTalent : Bonjour La Gomme ! Bonne et heureuse année pour commencer ! Merci de nous accorder cette interview, nous en sommes très heureux.  Les internautes de notre site sont ravis de faire votre connaissance ! D’où venez-vous et que faites vous dans la vie ? 

La Gomme : Je vis à Marseille depuis 6 ans. Je suis venue dans cette région pour poursuivre des études en audiovisuel que j’avais commencées auparavant à Montpellier. Je suis aujourd’hui assistante opératrice sur des tournages de fictions télévisuelles ou pour le cinéma. Mon métier consiste à travailler auprès de la, ou des caméras, lors du tournage.

VT : Parlez-nous un peu de votre univers. De quoi vous inspirez-vous pour vos photographies ?

L.G : Mon univers, comme le révèle plus ou moins mon pseudonyme, est le mélange des disciplines et l’aspect artisanal « fait main ». J’affectionne la photographie, mais j’aime la recouper aussi avec d’autres manières de créer.  En réalité, j’aime créer des images, via un appareil photo, un scanner, de l‘argentique, du numérique, ou tout simplement mon crayon, ma peinture ou mes ciseaux. Ensuite, il est vrai que l‘influence de mon métier est forcément assez présente, car j’aime prendre des photos sur un plateau de tournage. C’est un terrain de jeu idéal car les gens sont là pour être vus par un objectif et ils en jouent. Mon inspiration récurrente aussi se situe assez fréquemment dans le portrait, chose que j’ai essayé de développer un peu dans« Upside down ». Les sujets dans cette série, sont photographiés tête en bas ou encore les portraits scannés pour la fabuleriez, un fab lab implanté sur Marseille.

VT : Votre pseudonyme, La Gomme, nous fait penser au dessin et pourtant vous êtes photographe… Vous nous expliquez ?

L.G : C’est totalement l ‘idée, je dessine aussi beaucoup. Je n’ai pas encore trop diffusé sur mon blog mais ça fait partie de mes projets futurs !

VT : Depuis combien de temps consacrez-vous votre temps à la photographie ?

L.G : J’ai commencé la photographie durant mes premières années de faculté en 2003. Mais j’ai débuté il ya réellement 5 ans, lorsque je me suis plongée dans la photographie argentique. Je me suis passionnée pour le tirage en laboratoire, là encore c’est le côté manuel qui m’a attiré. J’aime le rendu du grain, et la qualité que peut apporter la pellicule. C’est aussi l’aspect assez aléatoire : j’ai poussé le vice en utilisant des pellicules périmées, et de marques et qualités différentes. Ne pouvant voir le résultat sur le moment, on se concentre sur le sujet que l’on prend en photo, et moins sur la photo en elle-même.

VT : Avez-vous l’habitude de faire passer des messages actuels dans vos œuvres ?

L.G : L’actuel fait forcément partie de mes influences, consciemment ou inconsciemment, mais ce n’est pas une ligne directrice. La plupart du temps, (hormis les photos de tournages), mon influence peut partir d’une phrase que j’entends dans la rue, une chanson, une émission, un livre, c’est le point de départ. Le message se crée de lui-même, par le point de vue que j’ai forcément pris en choisissant un angle. Mais je pense que toute personne qui crée fait passer un message.

VT : La photographie est un art parmi d’autres et c’est aussi un fort moyen d’expression. Suite à l’horrible attentat chez nos confrères de Charlie Hebdo, quel message avez-vous envie de faire passer ?

L.G : J’ai et je prends cette liberté de m’exprimer. Le monde actuel, en passant par notamment, me permet de partager et de communiquer. Les attentats à « Charlie hebdo » nous ont touchés plus qu’en simples « faiseurs d’art », d’art », cela explique le nombre exceptionnel de réactions à ces événements. Je n’ai pas de message particulier sinon que tout cela révèle que, des courants de pensées peuvent mettre à mal notre liberté de création, mais aussi de jugement, de pensée, d’esprit critique… Pour moi ils prouvent que l’art, la création, l’apprentissage, sont indispensables à notre survie de l’esprit.

VT : Une photographie nous a particulièrement marqués : un ange qui tient une grappe de raisin et on aperçoit à ses pieds des bouteilles d’alcool… Petit décryptage pour les internautes ?

L.G
 : Il m’est difficile de décrypter cette photo car tout simplement elle a été faite lors d’un tournage de clip donc ce n’est pas une mise en scène de ma propre personne j’ai simplement volé et profité du moment ! (rire)

VT : Dans vos clichés vous mélangez les genres : peinture, collage, écriture… Qu’est-ce que cela apporte en plus à la photographie ?

L.G
 : Comme je l’expliquais tout à l’heure, ce sont des disciplines que je finis toujours par mélanger car je passe de l’un à l’autre selon les périodes.  Je peux passer des mois sans toucher un crayon et faire uniquement de la photo et inversement. Le but étant de créer une image et faire en sorte que les différentes démarches se nourrissent l’une de l’autre.

VT : Y-a-t-il des artistes qui vous inspirent lors de vos créations ?

L.G : Mon inspiration, ou plutôt mon ambition artistique, en terme d’état d’esprit, rejoint beaucoup celle du Street art.Le Street art est un domaine artistique où j’ai pu découvrir une productivité et une créativité d’une immense liberté ! C’est une démarche d’art pure, brute, quand il n’est pas repris par des agences publicitaires ou autres… La création est décomplexée des codes du « milieu » de l’art, vivante, libre, en mouvement…
Elle mélange sans limites tous les supports et techniques : gravure, peinture, collage, photographie, écriture, construction… L’image finale est belle autant par la qualité de sa technique que par l’originalité du concept ou du message qu’elle veut envoyer. Elle est d’autant plus belle qu’elle est offerte à tous, elle appelle à l’interaction et elle est éphémère. JR, Banksy, Pejac, C215, Vhils, Daleast
Après je pourrais citer des photographes pour qui j’ai plus de fascination que d’inspiration au sens propre, tant ils sont géniaux, comme Richard Avedon, Newton, Diane Arbus, Roman Vishniac dont j’ai vu une exposition récemment. Mais aussi Robert Mappletorphe pour ses mélanges de disciplines dans sa vie artistique ou encore Man ray ou Klein.

VT : Pouvez-vous nous parler de vos futurs projets ? 

L.G : En ce moment mes projets sont plus dans le dessin et dans la création de pochettes d’album et d’affiches en lien avec des groupes de musique. La musique est un domaine avec lequel je recherche de l‘interaction !

VT : Où nos internautes peuvent-ils suivre votre actualité et admirer vos clichés ?

L.G : Sur Tumblr : http://lagomme.tumblr.com/ et  sur Facebook https://www.facebook.com/lagommeofficiel !

VT : Que pouvons-nous vous souhaiter pour cette année 2015 ?

L.G : D’être productive, des rencontres artistiques, et de l‘inspiration !

VT : Merci d’avoir répondu à nos questions La Gomme. Belle année 2015 à vous, pleine de réussite et d’inspiration pour vos futurs travaux !

L.G :Merci à vous !

Suivre les travaux et l’actualité de La Gomme :
  

– Propos recueillis par Céline Akoum –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *