Deux jours à Angoulême, au cœur du Festival International de la Bande-Dessinée !

Deux jours à Angoulême, au cœur du Festival International de la Bande-Dessinée !

Angoulême, petite ville charmante de Charente, où il ne se passe pas grand-chose tout au long de l’année… excepté pendant les 4 jours de janvier pendant lesquels se déroule le Festival International de la Bande-Dessinée. Auteurs et dessinateurs de la France entière, et même de Belgique, d’Allemagne ou du Japon, se rendent à Angoulême pour ce rendez-vous incontournable de tous les amoureux de la bande-dessinée !

 

Le Festival International de la Bande-Dessinée (#FIBD), qu’est-ce que c’est ?

Une compétition : le festival est avant tout une compétition, l’occasion pour les auteurs de tous horizons de se confronter et de remporter les nombreux prix mis en jeu pendant ces 4 jours. (Vous retrouverez les catégories et les vainqueurs dans la vidéo à la fin de cet article.)
Des rencontres : auteurs, scénaristes, dessinateurs, éditeurs, reconnus ou inconnus, français ou étrangers… il y a du monde à Angoulême ! Cette année, on comptait parmi les invités Patrick Sobral ( « Les Légendaires » ), Alex Alice   ( « Le château des étoiles » ), Julien Neel ( « Lou » ), Alessandro Babucci ( « Ekhö » ) et tant d’autres. L’occasion de rencontrer nos auteurs favoris et de repartir avec de belles dédicaces !
Des animations : quiz avec cadeaux à la clé (merci le stand Polar SNCF), des concerts dessinés, des diffusions de séries animées, des ateliers pour les plus jeunes, des lieux de lecture… sans compter les nombreux lieux atypiques et peintures murales à découvrir dans l’ensemble de la ville.

Des BD, beaucoup de BD : pour tous les goûts, pour tous les âges. Des classiques « Lucky Luke », « Spirou » et « Mickey« , aux bandes-dessinés jeunesse, en passant par le polar, le fantastique, les comics, ou encore la caricature… le monde de la bande-dessinée est bien plus riche que l’on peut le croire.

 

Des expositions !
Parce que c’est l’un des temps forts du festival, et parce que c’est ce que j’aime le plus, je vous propose un petit récap’ des expositions que j’ai eu la chance de visiter :

Le château des étoiles : « Le Château des étoiles », par Alex Alice, nous conte les prémices de la conquête spatiale, dans une fiction fantasmée, telle qu’elle fut imaginée et décrite par les scientifiques de la deuxième moitié du XIXe siècle. Série très saluée par le public, elle est aussi connue grâce à sa seconde publication sous forme de gazettes, un format pour le moins original. Cette exposition nous permet d’admirer de très près les planches originales de l’auteur, ainsi que des croquis et dessins, mais aussi des maquettes, costumes et mises en scènes qui nous plongent directement dans cette œuvre si particulière…

 

 

 

 

 

 

Panini, la French Touch de Marvel : les comics, ce genre de la bande-dessinée typiquement américain… a aussi ses dessinateurs français ! Et ce sont eux qui sont mis à l’honneur dans cette exposition, dans laquelle on retrouve nos héros Marvel fétiches, revisités avec goûts par de nombreux illustrateurs.  Une vingtaine d’artistes majeurs de la bande dessinée franco-belge (parmi eux: Bastien Vivès, Pénélope Bagieu, Lewis Trondheim, Boulet) nous proposent, chacun avec son style, de découvrir des œuvres totalement inédites et de replonger dans l’univers Marvel, autrement.

 

 

 

 

 

 

Valérian, de la case à l’écran : « Valérian », la célèbre Bande-Dessinée de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières, nous plonge depuis 1967 dans la vie de Valérian et Laureline, deux agents du Service Spatio-Temporel se déplaçant dans le temps et dans l’espace pour préserver les intérêts de la Galaxie. A l’occasion des 50 ans de leurs aventures (et oui déjà !) et de l’adaptation de cette œuvre sur grand écran par Luc Besson en juillet prochain, une exposition retrace le travail exceptionnel autour de cette BD, et nous présente en avant-première des scénario, documentaires, dessins de décors et costumes du film !

Bande-annonce du film ici (;

Kazuo Kamimura : je ne connaissais pas encore cet illustrateur japonais, mais c’est pour moi l’une des meilleures découvertes de ce festival. L’amour, la mode, le langage des fleurs, mais aussi la vengeance et l’érotisme, autant de thèmes abordés dans des planches somptueuses au style unique. Mais le plus simple est de vous en rendre compte par vous-même, alors je vous invite vivement à aller découvrir son travail et ses œuvres !

Je termine cet article avec une petite sélection  de mes meilleures découvertes au festival :
« LOW » – Rick Remender & Greg Tocchini
« Le château des étoiles » – Alex Alice
« Maly Siri’s Pin Up art » – Maly Siri
« La Petite Mort » – Davy Mourier
« Monstress » – Marjorie Liu & Sana Takeda

 

Pour vous plonger un peu plus dans l’ambiance et avoir un récap’ rapide et efficace des temps forts du festival, je vous propose de les suivre sur Facebook, où des photos/vidéos sont postées chaque jour, et je vous laisse avec le récap’ de dimanche dernier. A l’année prochaine, Angoulême !