Exodus, Gods and Kings : un péplum décevant

Recueilli à la naissance par la fille de Pharaon, Moïse est élevé aux côtés de Ramsès comme un enfant légitime de la famille royale. A la mort de leur père, la vérité sur les origines hébraïques de Moïse éclate, et Ramsès, devenu Roi d’Egypte, prend la décision de le condamner à l’exil…

Grand nombre de fans étaient plus qu’impatients de retrouver le réalisateur de « Gladiator », Ridley Scott. Pourtant, grand nombre d’entre eux en sortiront déçus ! Malgré un décor grandiose, des costumes sublimes et des effets spéciaux soignés, on s’attendait à beaucoup mieux de la part de Ridley Scott. Le long-métrage commence plutôt bien avec une bataille dynamique et sanglante : l’unique. Beaucoup de longueurs, de dialogues et peu d’action… Difficile de se plonger pleinement dans l’histoire, on perd un peu le fil par moment et il faut du temps pour comprendre le rôle de chaque personnage… Christian Bale nous a fait plus frissonné en Batman qu’en Moïse. Pas très convaincant, pourquoi a-t-il accepté le rôle ? On le préfère largement dans des films comme « Fighter » plutôt que dans des films à gros budgets…

Après l’adaptation de « Noé », film qui avait suscité de nombreuses réactions sur l’interprétation de certains éléments de la bible, au fond n’est-ce pas un peu délicat d’adapter des histoires bibliques au cinéma ? Ne serait-ce que pour l’interprétation de chacun vis-à-vis des images. Le film a d’ailleurs été interdit au Maroc, en Egypte et aux Emirats. Selon Juma Obaid al-Leem, le directeur au National Media Council (chargé de l’approbation des films aux Emirats), « (…) [le film] contient des erreurs religieuses et historiques ». En effet, le long-métrage de Ridley Scott présente Moïse comme un prédicateur de la paix et non pas comme un prophète selon l’histoire de la bible. Des erreurs historiques qui peuvent en effet perturber le spectateur et qui prêtent à confusion par rapport à l’histoire que l’on connait déjà présenté notamment en 1956 dans « Les 10 commandements » de Cecil B. DeMille avec Charlton Heston.

Malgré un assez bon casting, le péplum de Ridley Scott ne convainc pas. Dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *