Sendak, la musique dans la peau

Aujourd’hui et pour terminer la saison en beauté avant les vacances, VotreTalent vous présente l’artiste Sendak, en interview bien sûr…

VotreTalent : Bonjour Sendak et merci de nous accorder un peu de ton temps pour répondre à nos questions ! Alors d’où viens-tu ?
Sendak : Bonjour et merci à toi ! Et bien je viens de Lille. Je suis né  là-bas il y a bientôt 29 ans et j’y suis toujours ! J’adore cette ville.

VT : Comment cette passion pour la musique a-t-elle surgi dans ta vie ?
S : A vrai dire, elle n’a pas vraiment « surgi ». Mes parents sont musiciens et ont un groupe de rock depuis quasiment une trentaine d’années. J’ai vraiment baigné dedans depuis tout petit. J’assistais aux répétitions et les regardais jouer du Goldman, du Dire Straits, du Téléphone, du Clapton… A l’adolescence je me suis mis à la batterie car c’était l’instrument qui me fascinait le plus. Mais rapidement la guitare a pris le dessus car j’adorais chanter, écrire des textes et composer des mélodies. C’est surtout pendant mes études que j’ai commencé les concerts. Je faisais partie d’un duo nommé « Stitch ». On chantait nos compos en français en superposant nos voix et nos mélodies de guitare. C’était une chouette période. Mais au bout d’un moment j’ai voulu continuer en solo, ce que j’ai fait presque 2 ans. Et puis un voyage universitaire et d’autres événements ont fait que j’ai posé ma guitare quelques temps. En janvier 2013 par contre, l’envie de jouer a ressurgi : et j’ai créé Sendak à partir de nouvelles compos et d’anciennes retravaillées. Depuis, je développe le projet.

VT : « Sendak » ce pseudonyme a-t-il une signification particulière ?
S : Il est emprunté à Maurice Sendak, l’auteur de « Max et les Maximonstres », un conte illustré pour enfants, très connu aux Etats-Unis surtout. Le réalisateur Spike Jonze (qui était à l’affiche il y a peu avec « Her ») en a fait un film. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai découvert l’histoire. Ce film, cette histoire, ce personnage, Max, en costume de loup qui devient le roi des Maximonstres, des créatures à la fois terrifiantes et attachantes, sorties tout droit de son imagination, c’était comme si je voyais le film que j’avais toujours eu envie de voir. La musique de Karen O et Arcade Fire, aucune image de synthèse ou presque, les émotions d’un enfant qui ne peut / veut pas se conformer au monde des adultes, pique des colères, et pourtant ne sait pas vivre sans sa maman… Bref, tout ça, c’était fabuleux. Et une immense source d’inspiration. J’en ai fait une chanson : Les Monstres, dont j’espère publier une session acoustique très bientôt. « Sendak » c’était donc comme un mini hommage.

VT : Que représente la musique pour toi ?
S : Beaucoup de réponses se mélangent ! La musique peut me faire ressentir tellement d’émotions et de sentiments différents selon les situations dans lesquelles je suis au moment de l’écouter ou d’en faire. Elle me permet de m’exprimer, de raconter des histoires, d’extérioriser des joies, des colères, des peines, des réussites etc. C’est un fil rouge. Une sorte de ligne de conduite autour de laquelle je m’articule.

VT : Sur Youtube tu  ne fais pas énormément de clips vidéos… Pourquoi ?
S : Faire des vidéos de sessions acoustiques et les publier sur Youtube est une idée assez récente dont l’objectif était, qu’à défaut d’un EP par exemple, je pouvais m’en servir comme d’une carte de visite pour démarcher les bars, les festivals, les tremplins etc. Pour le moment il n’y en a pas beaucoup parce que je débute un peu et que je veux prendre le temps de bien faire. Sauf que je manque un peu de temps justement !  Je ne vis pas de ma musique et j’ai un job assez prenant en parallèle. Du coup, j’y consacre les précieuses heures qu’il me reste de temps libre en essayant de l’optimiser au mieux. Entre compositions, concerts, répétitions et tournages/montages de sessions acoustiques, l’agenda est déjà bien rempli ! J’espère me tenir à un rythme d’une vidéo par mois pour le moment.

VT : Tu parles d’un nouveau concept mêlant l’anglais et le français en passant par des artistes très différents les uns des autres comme –M- ou encore Woodkid que nous aimons beaucoup à la rédaction… Peux-tu m’en dire plus sur ce concept ?
 S : En fait, si je résume, c’est plutôt que j’aimerais réussir à conjuguer la langue française au folk indépendant, traditionnellement en anglais. En tout cas sur certaines chansons. Réussir à faire que la poésie des mots de langue française se conjugue à la délicatesse mélodique des guitares folk, des violoncelles et des percussions sèches, sans basculer dans la variété. Et si j’arrive à placer quelques lignes en anglais sans que ça paraisse trop surfait, ce sera vraiment idéal ! Certains artistes comme Piers Faccini, Camille, Pauline Croze, Klô Pelgag ou encore Patrick Watson y sont parvenus le temps d’une chanson ou d’un album. Ils m’inspirent beaucoup.

VT : Envisages-tu d’enregistrer un album très prochainement ?
S : J’aime bien l’idée de continuer les concerts et les sessions acoustiques pour le moment. Mais l’idée d’un EP est forcément toujours dans un coin de ma tête. Je pense que d’ici un an, ce sera certainement le sujet du moment. En tout cas ça me plairait bien !

VT : Comment décrirais-tu ta musique ?
S : Elle est assez accessible, raconte des histoires qui me sont personnelles mais auxquelles tout le monde peut s’identifier. Les mélodies vocales sont entêtantes, les lignes de guitares singulières juste ce qu’il faut. Le tout en acoustique le plus souvent, influencé par des sonorités folk/pop.

VT : Que penses-tu de tous les télécrochets d’aujourd’hui à la The Voice, Nouvelle Star et j’en passe. Pourrais-tu participer à ce genre d’émission pour gagner une plus grande notoriété ?
S : Je regarde très peu voir pas du tout la télévision aujourd’hui. Mais je suivais la Nouvelle Star à l’époque de Julien Doré et Christophe Willem. Ce que j’attendais surtout de ces émissions, c’était l’effet de surprise devant un candidat qui reprenait un titre d’une façon totalement inattendue. Comment oublier « Lolita » version Julien Doré ? Quelle claque ! On a beau être lucide sur le côté « grosse machine commerciale produisant du divertissement », il y a certaines pépites qui ont eu le mérite de marquer les esprits musicalement, et de continuer à le faire aujourd’hui, comme Camélia Jordana et son album que je trouve vraiment excellent.

Ceci dit, l’émission qui me ferait vraiment rallumer le petit écran, ce serait un concept à la Nouvelle Star, destiné aux auteurs, compositeurs, interprètes. J’y tenterais même ma chance très certainement.

VT : En tout cas tu es passé à France Bleu Nord, la radio du Nord par excellence ! Une jolie expérience je suppose ?
S : Excellente ! C’était drôle de me retrouver interviewé pour la première fois, de jouer mes morceaux dans ces conditions. L’émission d’Effi est à l’image de ton site, elle permet aux groupes locaux de se faire connaître, de parler de leur musique, de la partager un peu plus largement. Merci !

 VT : L’été les artistes ont souvent beaucoup de projets et parcourent les festivals pour se faire connaître. Si ce n’est pas indiscret, que fais-tu cet été ?
: Je suis en contact avec l’association VNYL pour trouver des dates de concert sur Lille et aux alentours pour cet été et la rentrée. Ensuite l’enjeu est effectivement de continuer à faire des sessions acoustiques pour tenter de se faire remarquer auprès de festivals, de concours ou de dispositifs comme Tour de Chauffe par exemple.

VT : Où les internautes peuvent-ils te suivre ?
: J’ai un site internet : http://sendak.fr qui réunit toute l’actu, les dernières sessions acoustiques, les prochaines dates de concert. Sur la page d’accueil, on peut directement s’abonner à la page Facebook, à la chaîne Youtube, télécharger certains morceaux sur Souncloud etc. Il est aussi en responsive design donc accessible facilement sur mobile !

VT : Comment as-tu découvert le site VotreTalent ?
S : Je cherchais des blogs, des sites, des associations qui parlaient de la scène locale. Grâce à Google, j’ai atterri par chez toi !

VT : Que pouvons nous te souhaiter pour la suite ?
S : Des concerts, de nouvelles compositions, des découvertes musicales  et des guitares par milliers !

Suivre cet artiste :
     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *