The Walking Dead : Bien plus que des zombies !

The Walking Dead : Bien plus que des zombies !

Il y a un peu plus d’un mois, The Walking Dead a fait son grand retour, avec un épisode de folie pour bien débuter la saison 7. Après des mois d’attente, les fans – dont je fais carrément partie – ont enfin pu se replonger dans cet univers sanglant, mais pas que. L’occasion pour moi de vous donner envie de (re)découvrir cette série qui, contre toute attente, m’a conquise.

Contre toute attente, pour la simple et bonne raison qu’à la base, je ne suis pas du tout amatrice de zombies et d’hémoglobine. Soyons honnêtes : je suis une grosse froussarde. J’ai même eu du mal à dormir après certains épisodes… Mais là n’est pas le sujet, revenons à nos zombies, si vous le voulez bien.

D’après moi, le résumé de The Walking Dead n’est pas du tout vendeur. Mon cher et tendre me parlait de la série, mais quand je voyais ce qu’on en disait sur Internet, dans ma tête c’était « sauve qui peut ». Malgré tout, je me suis laissée tenter, un soir, pour lui faire plaisir… Et c’est comme ça que je me suis retrouvée à finir la première saison en moins de 24h – ouais j’ai tendance à être excessive. Moi qui n’étais pas du tout partie pour apprécier cette série, j’ai embarqué dans l’aventure en très peu de temps. Pourquoi, comment ?

Pour une raison très simple, en fait : The Walking Dead n’est pas juste une série sur les zombies. Ce n’est d’ailleurs pas une série que je classerais dans horreur. Bien sûr, j’ai eu les chocottes, et certains moments sont très violents. Mais la série va beaucoup plus loin que ça. En fait, ce qui m’a passionnée, ce sont les rapports entre les personnages, et comment les Hommes doivent apprendre à (sur)vivre ensemble. Par exemple, dans le groupe que l’on suit, un afro-américain, un asiatique et deux frères ultra-racistes et fachos jusqu’au bout des ongles doivent cohabiter et s’entraider. Le genre de situation totalement improbable, qui n’est hélas possible qu’en cas d’apocalypse…

Au fil des épisodes, le spectateur suit l’évolution d’un groupe, qui tente de survivre tant bien que mal. Il n’y a plus d’eau courante, plus d’électricité, les réserves ne cessent de diminuer. Le danger les guette à chaque coin de rue. Et pourtant, les protagonistes s’accrochent à la vie, défendent des personnes qu’ils n’auraient jamais regardées auparavant… Comme quoi, le risque d’extinction de l’Humanité pourrait bien être la seule chose capable de nous rendre plus humains…

Il est très difficile pour moi de vous résumer un peu plus de six saisons de The Walking Dead dans un seul article, surtout sans vous spoiler. Tout ce que je peux ajouter, c’est que vous allez rire, trembler, pleurer, et pas mal cogiter. Vous allez adorer détester Merle, avoir envie de coller des claques à Lori, ou rire avec Glenn. La première saison n’est pas la meilleure, elle met les choses en place, plus ou moins bien – sans doute faute de budget – je vous l’accorde, mais accrochez-vous, la suite en vaut la peine.