Sidi & Arnaud : deux voix exceptionnelles

Aujourd’hui la rédaction est heureuse de vous présenter l’interview exclusive de Sidi et Arnaud, deux membres des Voca People, les Hommes en blanc les plus connus… 

VotreTalent : Bonjour Sidi et Arnaud! Je dois vous dire que je suis vraiment très honorée de pouvoir vous interviewer, un grand merci ! Alors pour commencer, comment vous situez-vous musicalement ?

Sidi : De rien, c’est un plaisir. Arnaud est un chanteur de tessiture basse profonde et moi je suis un beatboxer mais bientôt chanteur.

VT : A quel moment vous êtes vous dit que vous deviez vous diriger dans cette voix ? Car après tout, on ne devient pas chanteur et beatboxer du jour au lendemain…

S: Pour ma part, j’ai toujours fait du beatbox. J’ai commencé à vraiment me concentrer dessus en 2006 et depuis je ne m’arrête plus

 

A : Cette « voix »? C’est amusant (rire). J’ai toujours plus ou moins chanté, au départ je suis violoniste. J’ai commencé cet instrument à 5 ans. Ensuite j’ai pratiqué d’autres instruments, seul, tels que la guitare, le piano, le sax, la basse… La musique est très présente dans ma vie. 

VT : J’ai vu, Sidi, que vous étiez en 2010 aux côtés d’Olivia Ruiz à Carcassonne pour la fête de la musique, qui fut, je le rappelle, diffusée sur France 2. Ca doit être une sacrée expérience de monter sur scène aux côtés de cette artiste ?

S : Oui, ce fut ma première grosse scène. Rencontre avec plein de personnalités du milieu musical. J’étais tout stressé mais Olivia a su me mettre à l’aise. C’est une artiste géniale, qui est à l’écoute de tous ses musiciens et je suis vraiment heureux d’avoir pu partager ce moment magique avec elle. Ce merveilleux souvenir restera gravé dans ma mémoire.

VT : Pendant toute la durée de la chanson, vous faîtes le beatbox ce qui est impressionnant … Vous devez avoir une grande respiration et beaucoup de souffle ! Suivez-vous un entraînement spécial ?

S : Comme pour les autres disciplines, c’est de l’entrainement journalier. Pour le souffle, il y a des sons qui permettent de reprendre de l’air en même temps, suffit juste de bien les placer.

VT : Arnaud, parlons de vous maintenant, vous m’avez vraiment surprise ! Vous êtes « multi-tâche » version musique…

A : On peut dire ça. Comme je le disais plus haut, je pratique pas mal d’instruments… Le chant est donc venu naturellement, à force de lire la musique. Quant à ma tessiture, je n’ai pas eu le choix. A la mue, la voix est très vite descendue dans les graves.

VT : Vous avez l’air d’avoir de l’expérience dans le domaine, à partir de quel moment avez-vous décidé de poster vos vidéos sur Youtube ?

A : L’aventure Voca People m’a donné l’idée de reprendre les musiques de Kaamelott, signées Alexandre Astier, totalement à cappella et de superposer les couches d’instruments uniquement avec ma voix. J’ai posté ma première vidéo en 2012 je crois. Du coup je me suis également mis au montage vidéo. C’est amusant et précis, tout ce que j’aime.

VT : Vous êtes donc membre du groupe Voca People. Dites-moi, comment êtes vous rentré dans cette formation ?

S & A : Sur auditions, comme pour la plupart des spectacles.

S : Toute première audition pour moi d’ailleurs. Très stressant comme situation quand on n’y connaît rien.

VT : Je suppose qu’il faut une grande cohésion de groupe pour arriver à de telles performances en harmonie ?

S & A : Ça joue énormément en effet. On a eu beaucoup de répétitions avant de pouvoir jouer sur scène. Ensuite, le fait d’avoir des liens dans ce groupe ajoute une petite touche.

VT : D’ailleurs, pourquoi êtes-vous en blanc ? Serait-ce pour rester dans l’anonymat comme les Daft Punk ?

S & A : On n’y peut rien, c’est le concept du show comme il a été créé. Ce n’est pas dérangeant.

VT : C’est donc parce que vous êtes blanc que vous apparaissez dans la publicité Tic Tac ! Comment êtes-vous arrivés sur nos petits écrans ?

S & A : C’est du côté production que ça se passe pour tout ce qui est publicité. Tic tac a été un de nos sponsors. D’où l’apparition sur le petit écran. Le blanc et le blanc vont bien ensemble (rires)

VT : Vous partez en tournée avec les Voca People et faites beaucoup de rencontres. N’est-ce pas un rêve éveillé ?

S :   J’ai toujours rêvé d’entrer dans le milieu musical et théâtral. Et grâce à Voca People je peux enfin vivre de ma passion.
A : Voca People est loin d’être mon premier spectacle, mais j’avoue qu’en matière de tournée, c’est l’expérience la plus riche qu’il m’ait été donné de connaître.

VT : Ce doit être difficile de retenir des sons, de les apprendre … Ca vous arrive d’improviser ?

S & A : Ça peut arriver, mais c’est très rare et le public ne s’en rend pas compte. Ça se passe entre nous et on en rit.

VT : En fait vous jouez un rôle, vous êtes dans l’humour et la comédie constamment !

S & A : C’est le principe de la comédie en effet. Le spectacle ne s’arrête pas du tout à la musique, il y a une vraie construction du propos et beaucoup d’interactions avec le public.

VT : Comment vous-êtes vous trouvés et avez décidé de former un duo ? Grâce à l’aventure Voca People ? 

S & A : On s’est rencontré sur cette aventure et on a créé des liens forts. Étant tous deux fans de « Game Of Thrones« , un jour l’idée est venue d’elle-même !

VT : L’un de vos projets récent fut la musique du générique de Game Of Thrones, qui, soit dit en passant, est une jolie surprise. Cela demande beaucoup de travail pour produire de tels sons ? Comment procédez-vous ?

S & A : C’est Arnaud qui a fait les arrangements et donc chacun ses parties qu’on enregistre les unes après les autres.

VT : Faites nous peur … Combien d’heures d’entraînement pour arriver à ce niveau ?

S & A : On ne s’est pas entrainé pour enregistrer le générique « à capella ». L’expérience se créée avec les années, donc c’est plus une question d’adaptation.

VT : Vous avez en tout cas vécu pas mal de choses jusqu’à présent et je vous souhaite encore beaucoup de réussite ! Quel est votre meilleur souvenir ?

S & A : Merci !
A : Probablement un ami contrebassiste qui m’a dit qu’il avait entendu dans ma voix les vibrations de son instrument. Pour une basse, c’est un très joli compliment. 
S : Il y en a tellement que je ne peux pas me décider…

VT : Parlez-nous un peu de vos futurs projets, ça s’annonce comment ?

A : Avant la reprise de Voca, je serai au Théâtre du Châtelet en septembre, pour la création des « Parapluies de Cherbourg » avec Michel Legrand.
S :   Je prends des cours de chant depuis presqu’un an et je rentre à l’école Jean Périmony  cette année pour me spécialiser. Je veux pouvoir rester dans le milieu que j’aime, donc je préfère avoir le plus de cordes à mon arc.

VT : Où les internautes peuvent-ils retrouver votre actualité ?

S : Twitter !
A : Et Youtube naturellement !
   

-Propos recueillis par Céline Akoum-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *