#VotreEteCiné : La planète des singes : L’affrontement

Aujourd’hui dans vos salles obscures, La planète des singes : L’affrontement. Voici la critique de la rédaction…

Suite à la propagation d’un virus mortel, l’espèce humaine n’a jamais été aussi menacée. 10 ans plus tard, San-Francisco, les survivants tentent de reprendre le cours d’une vie normale. De leur côté, les singes évolués, dirigés par César, vivent en communauté et suivent des règles pour vivre en paix. Un pacte s’instaure entre les singes et les humains mais l’équilibre est fragile…

3 ans après la sortie des origines, ce second volet réalisé par Matt Reeves est beaucoup plus sombre que son prédécesseur. Outre les longueurs, dans sa globalité le film reste prenant et instaure une sensation de stress du début à la fin. Le scénario n’a quant à lui rien de vraiment remarquable et on tend vers l’ennui sur certaines scènes silencieuses, trop longues qui donnent l’impression d’un documentaire animalier futuriste. Plus focalisé sur César et son évolution, le conflit entre les singes et les humains émeut et nous remue…

A noter la remarquable évolution de la capture motion (capture de mouvement) qui rend les singes plus réalistes et les scènes de combats à couper le souffle. Un esthétisme travaillé et spectaculaire. Chapeau bas à Andy Serkis, interprète de César, le leadeur des singes, qui est tout simplement épatant !  Côté humain, le casting est décevant et manque crucialement de charisme. On a plus l’habitude de voir Jason Clarke en mec désespéré, alcoolique et brutal (« Des Hommes sans loi » et « Gatsby : le magnifique ») qu’en gentil au grand cœur. Le manque de James Franco se fait sentir mais après tout son personnage n’avait plus rien à faire dans ce deuxième film.

Un second volet, plus sombre, plus spectaculaire par ses prouesses techniques mais moins palpitant que « Les origines ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *